Archives de Tag: Histoire

Une analyse modeste..


Il règne en France une ambiance que je qualifierais de quelque peu détestable. Non pour les raisons fréquemment invoquées, me semble t-il, mais d’autres encore plus obscures…Je tiens d’ores et déjà avertir ceux qui me lisent que je ne crois point en une entité intelligente et consciente qui dirigerait tout dans l’ombre mais je pense que tout cela est du intrinsèquement au système (de valeurs, politique, etc..) dans lequel nous vivons. En France, les médias sont fortement anxiogènes. On se croirait en état de siège permanent. Je ne nie point l’insécurité, les actes d’incivisme, ou les tragédies que vivent les familles de victimes… mais j’ai juste l’impression qu’à l’heure d’internet, de l’information instantanée, du consumérisme et de l’égoïsme individuel grandissant ; L’Homme n’est que « matière ». Celui-ci succombe facilement à ses passions primaires comme la peur par exemple, sans pour autant prendre le temps de réfléchir. Certains hommes politiques se servent de cette peur pour justifier l’impensable, manipuler… Je ne sais pas pour vous, mais quand je sors de chez moi, je suis plutôt serein. Bien sur, il peut m’arriver d’avoir des soucis (job, amour, santé etc..) comme tout le monde mais cela ne m’obsède pas. Je me dis bêtement que nous disposons d’une bonne armée, d’une police efficace et d’excellents services secrets. Je ris avec des amis, je lis, je me promène etc…Bref l’acte quotidien de la vie de Monsieur Tout le monde. Personnellement, je n’ai jamais eu de problèmes avec un étranger, un musulman (enfin si j’arrive à en reconnaître car ce n’est pas une ethnie), un barbu, un homo etc…Mais cette sérénité qui m’habite disparaît très vite lorsqu’il m’arrive de regarder la télévision. J’apprends qu’il y eu tel nombre de victimes dans un attentat suicide en Irak, que l’animosité est à son paroxysme entre la Chine et le Japon (éventualité d’une troisième guerre mondiale ? ) etc…Moi qui marchais tranquillement dans la rue, me voilà entrain de me demander si je vivrais demain. Cet environnement, cette ambiance n’est pas sain pour la réflexion, la méditation et l’esprit et c’est peut-être à ces brefs moments (car je regarde très peu la télévision Hormis Arte et France 5, quelques films et des infos pour resté connecté à ce monde) que je me remémore la première leçon « de vie » que j’ai reçu .

Quand j’étais tout petit, j’avais très peur du noir. Je ne sais pas à quoi cela ‘était du, mais je me posais énormément de questions sur la mort, l’existence des monstres etc…La nuit tombée, mon père, compréhensif, éteignait la lumière juste après mon entrée dans le coma^^. (Maintenant que j’y repense, le pauvre devait sûrement se relever dans la nuit pour éteindre ) Je me rappelle qu’une fois, en plein milieu de la nuit, j’avais eu à paniquer car j’avais entendu un bruit pas très rassurant et aperçu une ombre « démoniaque » se reflétant derrière les rideaux .. L’obscurité aidant, je crus que c’était un monstre qui en voulait à ma vie. Apeuré, je me dirigeai en courant dans la chambre de mes parents. Je racontai ce que j’avais vu à mon père. Celui-ci, toujours calme, me prit par la main disant qu’il me croyait, et me ramena dans ma chambre pour voir de quoi il en retournait. Arrivé sur place, j’entendais toujours ce bruit inquiétant et je vis encore l’ombre « menaçante ». Prenant peur, je serrai encore plus fortement la main de mon père. Mais celui-ci, toujours calme, prit la mine qu’il faisait toujours lorsqu’il était en pleine concentration ou en pleine observation. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, je ne saurais vous dire s’il jouait la comédie ou s’il était sérieux. Subitement, il se mit à sourire. Il se dirigea vers une fenêtre, et me montra que l’ombre qui se projetait était en fait le reflet des feuillages, et que le bruit inquiétant était provoqué par des bruits ou sifflements particuliers causés par le vent. Comme il aimait beaucoup faire son philosophe, il me dit, songeur, que les Hommes avaient tendance à paniquer quand ils ont peur, ne prenant pas la peine de raisonner ou raisonnant sur ce qu’ils maitrisent. Il me dit que si j’avais été plus calme, peut-être me serais-je rapidement aperçu que cette ombre n’était que le reflet des feuillages ? Et Comme La veille, j’avais regardé un film sur les vampires, j’ai succombé à mes passions et instincts primaires de survie. Ma peur n’était point tombée du ciel…Cette peur était du à mon environnement (L’obscurité) mais aussi à ce que j’avais appris auparavant à savoir que les monstres étaient méchants, agissaient dans la nuit, etc… Puis il se mit à faire une blague que je ne compris pas comme d’habitude, mais pour lui faire plaisir, je me forçai à rire.

Ce que je veux juste dire, C’est qu’il est essentiel pour chacun d’entre nous de ne pas se fier uniquement aux médias ou ce qui se dit . Les médias ne traitent pas et ne réfléchissent pas sur un sujet, ils relaient juste l’information qui est un reflet de la réalité. On en vient à considérer que les musulmans nous détestent, que les chômeurs sont tous des fainéants et des assistés, que les étrangers sont des esprits malfaisants voulant nous envahir, que les banquiers ou patrons sont tous des salops et qu’il ne peut éxister de riches philanthropes, etc.. Je ne pense pas que ce soit délibéré, c’est juste leurs boulots. Il vous revient donc de vous interroger et de vous informer sur tel sujet abordé par les médias, par l’intermédiaire des livres, internet, des documentaires etc…Il ne faut pas aussi oublier que vous disposez de ce qu’on appelle un cerveau. Les grandes théories, inventions etc…ont été fait par des hommes comme vous. Il ne faut pas juste répéter telle théorie comme un perroquet savant mais essayer de savoir si l’auteur avait raison, contextualiser , etc…Bref avoir une opinion propre. D’où l’importance de la méditation (réflexion) car vous êtes les propres acteurs de vos vies.

En ce moment, la menace ultime apparaît être selon certains de nos politique et les médias l’Islam. D’ailleurs, certains partis n’utilisent plus la peur de l’étranger, ni de l’immigré car ce n’est plus porteur mais plutôt celle de l’islam. Pour la liberté et face à la tyrannie, une démocratie peut bien s’autoriser quelques débordements. Il y a de cela quelques décennies, c’était le péril jaune ou l’éventualité d’une troisième guerre mondiale vu la guerre froide entre l’URSS et LES Etats-unis. Et pour lutter contre cette menace soviétique, des régimes dits démocratiques firent des actes pas très glorieux (tortures, renversements de régimes élus démocratiquement…).

Le terrorisme et l’insécurité existent…Mais ce n’est rien comparé aux épidémies mortelles qu’ont connu nos anciens, la guerre froide, les guerres incessantes entre dynasties par orgueil d’un ou des souverains etc..Plutôt que de céder à la peur, et faire des lois tous les jours dans le but de rassurer un électorat, ne vaudrait-il pas mieux analyser et réfléchir sur le sujet ? De savoir par quel moyen on peut stopper ce cercle vicieux? De s’attaquer aux conséquences mais aussi aux causes car mieux vaut prévenir que guérir ?

Bref….C’était juste l’analyse très modeste d’un citoyen parmi tant d’autres, ne disposant pas d’un QI supérieur.

 

 

VENEZ SUIVRE NOS DEBATS ET INFOS INTERACTIFS SUR NOTRE PAGE  ==> https://www.facebook.com/pages/Reflexions-dun-jeune-citoyen-/173218132715061?ref=hl

 

 

Le jeune citoyen

Tagué , , , ,

Pardon d’avoir un si horrible défaut …


D’aussi loin que je rappelle, il me semble toujours avoir porté cet horrible défaut que d’aucuns pourraient appeler de la naïveté ou de l’idéalisme à deux balles. C’est un horrible défaut, j’en conviens, mais je n’y peux rien. La providence a voulu que je naisse ainsi et comme vous le savez, ses desseins sont au dessus de mon entendement humain.

Le fait que des gens meurent de froid pendant que des stades de foot sont chauffés me révulse. Le fait que des gens souffrent de faim, bouches ouvertes et langues pendantes, à coté de palais dorées, à coté de greniers remplis et débordants me révulse.

Le fait que des gens souffrent de racisme, d’exclusion sociale dans une période où l’Homme domine la terre, le ciel et les mers, où l’Homme  marché sur la lune, où l’Homme a atteint des capacités techniques tel qu’il pourrait détruire de multiples planètes, c’est juste désolant. Les richesses très très très inéquitablement partagées, le droit qui favorise parfois les puissants et qui  n’est pas sans rappeler la fable de la fontaine , bref autant d’éléments…

Bien évidemment, de me voiler la face je n’en ai nul besoin. De ces tragédies quotidiennes, je ne peux m’en absoudre encore une fois. J’ai des responsabilités en tant que consommateur, citoyen, ami, etc…

MAIS parce que je suis co-responsable de ce qui est, et parce que je respecte ceux qui m’ont précédé, et que je me dois de faire tout ce qui m’est possible de faire à mon modeste niveau pour les générations futures, je ne peux me taire. Parce que conscient le suis-je de l’immense dette que nous avons envers ceux qui arriveront, ceux qui n’y seront pour rien concernant l’état de la planète mais qui en tant que futurs habitants s’estimeront floués, et à raison,  Je ne peux m’arrêter de dire ce que je pense, de clamer haut et fort certains principes élémentaires et tout en appelant de mes vœux un changement.

Certains ne me croiront sans doute pas, mais j’ai vraiment fait tout ce qui était en mon pouvoir pour supprimer ce défaut, ce coté « Bisounours » de ma personne. Pour comprendre ce Monde, ces maux, il ne me fallait pas seulement occuper le ministère de la parole, lancer des incantations incessantes et que d’aucuns pourraient qualifier de puériles, mais essayer de comprendre notre Monde. Aussi, me suis-je intéressé (il est aussi vrai grâce à mes parents) et m’intéresse toujours à des ouvrages concernant l’économie, les relations internationales, le socialisme, le conservatisme, la religion, l’histoire humaine,  la littérature etc… je me disais qu’en lisant tous ces ouvrages, je deviendrais un peu plus réaliste; et qu’étant au fait de certaines données, serais-je conduit à changer radicalement ma façon de penser et d’appréhender ce bas-monde. je me suis trompé, et lourdement ! De ces quelques lectures, fort modestes au demeurant, de mes quelques médiations au gré de mon temps libre,  de mes échanges avec d’autres amis, n’a été confirmée que ce dont j’en avais déjà l’intuition.

Faites de bonnes actions, et les conséquences dues à ces actions seront bonnes. Faites en de mauvaises, et vous en aurez de mauvaises. Pour autant, je n’ignore pas que la vie n’est pas si simple. il n’y a pas d’un coté les ténèbres, et de l’autre la lumière. Parfois il y a du gris.  Si le fort pense qu’il l’emportera toujours, alors il se trompe car, car un jour, pris d’un courage sorti du plus profond de leurs âmes, les faibles s’uniront. Et que le fort prenne garde, car lorsqu’il s’agit de revanche, il n’est pas aisé de « raisonner » ou de « tempérer » la fureur accumulée au fil des années, des décennies,etc. Et tant d’autres petites leçons apprises…

L’Histoire, les faits présents n’ont rien enlevé, rien soustrait de ma croyance en l’Homme. Je suis idéaliste parce que il ne peut juste en être autrement.Quand je fouille au plus profond de moi-même pour obtenir quelques réponses, il m’arrive de découvrir des pensées positives mais aussi négatives. Des regrets m’arrive t-il en avoir, comme tout le monde je suppose. De regretter certains actes passés. Mais parce que je sais que je ne suis aucunement parfait et que conscient de cela, j’essaie d’améliorer ma personne, parce que je sais que j’ai déjà eu à fauter, et parce que je sais que vous, autrui, c’ est un autre MOI, il s’ensuit que mon espérance en l’Homme n’en est que plus forte.

Le réalisme, à savoir l’observation des faits présents, des rapports de forces actuels, des institutions, des mentalités etc… ne me quitte pas, loin s’en faut. Je sais bien que tout ne peut être parfait à l’instant t, que tout ne pourra être changé radicalement, croyez-le bien, mais l’idéal à atteindre est toujours là, quelque part dans ma petite tête. 

Et d’ailleurs, quand je vois sur cette page des gens qui s’interrogent, des gens qui se battent contre la fatalité, des gens pour qui il n’est point d’horizon indépassable, qui s’investissent dans le bénévolat, l’économie sociale et solidaire, dans la politique, l’aide à autrui, les pétitions, etc… Quand j’observe tout ce beau monde se bouger, ce bouillonnement d’idées, ces amitiés militantes, associatives et que sais-je encore qui se créent, et ce malgré les difficultés quotidiennes, administratives, financières, affectives et Dieu seul sait qu’il y en a, alors je me mets à espérer. Alors m’apparaît-il une évidence, toute simple et frappée au coin du bon sens :  La moindre chose que je puisse faire pour être utile à ces gens, c’est de continuer d’agir à mon niveau et de croire en ces milliers d’anonymes, en ces hommes et femmes, en ces jeunes (ou moins jeunes), en vous…

J’entends déjà d’ici les arguments selon lesquels il faudrait être réaliste, cynique, défendre les intérêts de la nation, la grandeur d’un pays etc. Mais je pose la question à ces gens: Qu’est ce qui compte le plus ?  Plus que l’amour en une entité juridique dotée de personnalité morale, ne faudrait-il pas accorder plus de regard aux habitants de ladite entité ?Qu’est ce qui importe ? Que vous soyez les premiers dans tels domaines ou le fait que la population soit bien-portante ?

Sachez en outre  que la préservation de nos soi-disant intérêts se feront parfois aux dépens d’autre peuples, d’autres personnes et que cela entraînera des conséquences tragiques  bien plus tard. Ai-je besoin de rappeler la rancœur de certaines populations après la  traite négrière et la colonisation ? la rancœur qu’entretiennent certains gens en Guadeloupe contre les békés ? ce sentiment de revanche en Chine, ou en Russie attisée par certaines humiliations ? Les conséquences du fameux traité de Versailles ? Les conséquences de l’acquisition de l’Alsace-lorraine après la guerre France-Prusse?

Je ne détiens pas la lumière. Et après tout, Qui suis je ? Un simple anonyme, un sans-grade, un simple internaute. Seulement je vous donnerai un conseil. Quand vous croiserez et débattrez avec des bisounours ou idéalistes, abandonner l’idée de leur faire abandonner.

Enfin je préfère, et de loin, me faire critiquer pour ma bien-pensance ou pour des idées de bien-pensance  que pour autre chose.

 

Par conséquent, je vous demande encore pardon d’avoir un si horrible défaut.

Tagué , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :