Dialogue entre ma compagne et son Père

platon VS socrate

[ Dialogue entre ma compagne et son père]

Petite collation dans le jardin. J’ai dû m’absenter suite à un appel impromptu, en laissant un bouquin entr’ouvert sur la table de la terrasse, et s’engage un échange [politique] entre ma muse ^^ et son paternel

LUI : Houla. C’est Marx ? Il rougit de plus en plus ton cher et tendre. Il vire carrément coco là.

ELLE: Pfff ! Tout dépend de ce que tu entends par « communiste ». Te connaissant, ça ressemble au mieux à une raillerie, au pire à une vacherie.

LUI: J’ai rien contre lui, tu le sais bien. Tu sais bien que je l’estime, que je le trouve très intelligent mais qu’il fasse quand même gaffe. Je m’inquiète un peu pour le bien-être de mon beau-fils que j’affectionne beaucoup. Le communisme, ça a l’air joli, joli, sur papier mais on connait la réalité de ce genre d’utopie dangereuse. Le marxisme, c’est ni plus ni moins que 80 millions de morts. A bon entendeur…

ELLE : Houla que de préjugés ! Sans même aller plus loin genre Marx = Goulag, as-tu seulement lu une des œuvres de Marx ? Un seul article rédigé par lui ?

LUI : Non mais…

ELLE : Tiens, tiens, c’est pas toi qui m’as toujours dit de ne jamais juger d’un auteur sans l’avoir jamais lu ? En se basant uniquement sur les « on-dit »…

LUI : Oui, mais tu sais, pas plus tard qu’hier, je lisais dans un article du point datant de la semaine dernière les ravages du communisme. Je me base sur des statistiques fiables et des témoignages, moi.

ELLE : Là, tu essaies de fuir le débat Papa. Mais je vais te répondre. Donc si je te comprends bien, pour toi, Marx = Staline= Goulag = 80 millions de morts. C’est bien ça ?

LUI : Oui, c’est peut-être caricatural, mais je pense effectivement que les utopies dangereuses font toujours de gros dégâts.

ELLE : Ok, A quoi s’oppose donc le communisme ?

LUI : Euh…Je comprends pas bien là où tu veux en venir.

ELLE : Je veux dire, le communisme, c’est en réaction contre quoi ?

LUI : Ah là, je comprends mieux. Je suppose que c’est contre le capitalisme.

ELLE : D’accord. Ainsi, tu considères que le capitalisme n’as pas causé des millions de morts ?

LUI : Non, bien sûr que non, et en quoi s’il te plait ? Le capitalisme a au contraire permis d’améliorer la qualité de vie, le développement des pays pauvres qui en avaient bien besoin… Non, non non, il a plutôt sauvé des millions de vies.

ELLE : Tiens, que fais-tu donc de l’esclavage, du colonialisme, du néocolonialisme, du fascisme qui est né d’une crise capitaliste avec des millions de juifs, tziganes, homosexuels, communistes assassinés ? De plus tu pars du postulat, si j’ai bien compris, que Staline est en quelque sorte le parangon du Marxisme, donc de Marx. Donc si URSS = Marx, ça veut dire que les pays opposés à l’URSS = Capitalisme. Donc bloc de l’ouest = Capitalisme. Donc USA= capitalisme.

LUI : Oui mais… enfin bref…

ELLE: Je continue. Si j’en crois les déclassifications de la CIA, les USA, c’est aussi le soutien aux coups d’état pendant la guerre froide… Je pourrais t’évoquer l’Iran, le Chili, l’Amérique du Sud, le soutien aux islamistes pour combattre l’armée rouge. Je pourrais te parler de la bombe atomique car Nagasaki et Hiroshima, c’est aussi les USA. Je pourrais aussi te parler des femmes et enfants qui meurent de faim tous les jours du fait des spéculations sur les denrées alimentaires et bien d’autres tragédies…

LUI : Oui et alors ?

ELLE : Alors ? Mais en suivant ta propre logique, le capitalisme est tout autant synonyme d’horreurs et de massacres de masse !! Je pense qu’il faudrait vraiment s’abstenir de faire ce genre de comparaisons macabres car cela n’irait pas dans ton sens. En plus, c’est malsain.

LUI : Oui, tout cela est vrai mais peut-on vraiment assimiler le capitalisme qui est un système à des pays occidentaux qui ont des ambitions impériales ? C’est pas le capitalisme qui est responsable mais les politiciens.

ELLE : Je suis pas tout à fait d’accord, mais si je comprends bien, tu dissocies toi-même le capitalisme des pays occidentaux. Donc, on peut aussi dissocier la pensée de Marx de l’action Stalinienne. C’est un peu comme si tu disais que Jésus-Christ, c’est le Mal incarné parce qu’il y a eu le massacre des cathares, les inquisitions, les roux persécutés au moyen-âge pour la couleur feu de leurs cheveux considérée comme associée à la figure du diable, les femmes brûlées du fait d’une sexualité supposément libérée, débridée, les croisades etc.

LUI : Mmm Mouais si l’on veut…

ELLE : Par ailleurs, Marx n’a jamais au grand jamais prôné la suppression de la Presse, la tyrannie etc. Il en a subi lui-même les conséquences !!! Tu sais qu’il a été chassé de son propre pays, et de la France, pour ce qu’il écrivait ! Il est mort dans la misère dans un pays qui n’était pas le sien.

LUI : Ah ça, je l’ignorais. Effectivement c’est triste… mais dans ses écrits, je crois me souvenir qu’il a défendu la dictature, du moins de ce que j’en ai lu dans la presse et entendu à la radio. J’en suis sûr. Il a évoqué la dictature du prolétariat quand même.

ELLE : Ah nous y voilà. Je m’y attendais ! La fameuse « dictature du prolétariat ». Tu sais papa, Le terme dictature n’avait pas le même sens auparavant. Dans l’antiquité romaine, elle désignait un état où un magistrat – le dictateur – se voyait confier de manière TEMPORAIRE – j’insiste ! – et LÉGALE les pleins pouvoirs en cas de troubles graves. Tu considères vraiment que le Général de Gaulle était un dictateur ?

LUI : Non, pas du tout, mais quel rapport ….. tu extrapoles là ma grande !

ELLE : Et pourtant, il fut un dictateur de ce point de vue là ! Le 2 juin 1958, de Gaulle reçoit les PLEINS POUVOIRS de l’Assemblée. Tu sais, par rapport aux événements d’Algérie, avec le FLN. Donc tu vois bien que tu te trompais sur le sens de la dictature prôné par Marx.

LUI : Ok, soit. Mais dans ce cas-là, qu’entends Marx par la « dictature du prolétariat » ?

ELLE : Excellente question. Il faudrait d’abord savoir ce que signifie prolétariat.
Prolétariat vient du mot latin proletarius, « citoyen romain pauvre qui ne compte aux yeux de l’État que par ses enfants. Le prolétariat désigne dans la terminologie « marxiste »la classe sociale des travailleurs, qui ne possèdent pour vivre que leur force de travail. Pour survivre les prolétaires doivent louer leur force de travail à ceux qui détiennent les moyens de production. Le prolétariat est donc composé des SALARIES et des CHÔMEURS.
Tu vois donc que comprise dans ce sens, la « dictature du prolétariat » désigne la prise de pouvoir EFFECTIVE et TEMPORAIRE des « MASSES » . La « dictature du prolétariat » se rapproche donc un peu de ce qu’on pourrait appeler la DÉMOCRATIE DIRECTE. A la seule différence que cette prise de pouvoir devra être TEMPORAIRE car Marx souhaitait le dépérissement de l’Etat.

LUI :

ELLE : Tu vois donc qu’on en est loin quand on observe l’Etat totalitaire stalinien, et que ce communisme là fut plutôt la dictature de la bureaucratie soviétique sur le prolétariat. En somme, la dictature du secrétariat sur le prolétariat. La dictature d’une minorité- couche dominante- sur la majorité.
Tiens, tiens, ce communiste totalitaire ressemble à s’y méprendre au capitalisme d’aujourd’hui. Qu’en penses-tu Papa ?

LUI : Mouais, mouais… Euh… Oui, non Euh… Euh… Bon Ecoute, on en reparle après déjeuner car ta mère nous somme de nous mettre à table. Il faut y aller là. Chérie, un coup de main ?!!!

Publicités
Tagué ,

Une réflexion sur “Dialogue entre ma compagne et son Père

  1. Anonyme dit :

    Marx et le capitalisme pour les nuls , c’est trés bon . Bravo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :