Nationalisme et Capitalisme : Les origines et raisons de la colonisation en Afrique…

afrique primitivePOURQUOI LA COLONISATION ? 

Vers la fin du xixe siècle, c’est la « mêlée pour l’Afrique ».

Comment en est-on arrivé là ? Comment expliquer cet impérialisme féroce dans une Europe où étaient célébrés paradoxalement les « droits de l’Homme » (en réalité, droit du citoyen bourgeois et non de la citoyenne, des ouvriers, etc.) ?

TROIS RAISONS PRINCIPALES :

* En 1870, L’Europe contrôlait moins de 10% des territoires africains (cf Introduction à l’Histoire de l’Afrique contemporaine d’Anne Hugon) L’Europe va connaître une PROFONDE CRISE ECONOMIQUE de 1873 à 1896 (La Grande dépression). Ce n’est vraiment pas un hasard si cette PÉRIODE DE CRISE coïncide avec la mêlée pour l’Afrique. D’ailleurs, Jules ferry l’avouera :  » Messieurs, au temps où nous sommes et dans la CRISE que traversent toutes les industries européennes, la fondation d’une colonie, c’est la création d’un débouché. On a remarqué, en effet, et les exemples abondent dans l’histoire économique des peuples modernes, qu’il suffit que le lien colonial subsiste entre la mère-patrie qui produit et les colonies qu’elle a fondées, pour que la prédominance économique accompagne et subisse, en quelque sorte, la prédominance politique. »

* Parallèlement, c’est AUSSI le siècle des NATIONALISMES. Est-il besoin d’évoquer le PATRIOTISME blessé des français suite à la guerre franco-prussienne (humiliation terrible s’il est besoin de le préciser), la perte de l’Alsace-Lorraine ? C’est la période de la montée de l’anti-sémitisme (affaire Dreyfus, la France Juive d’Edouard Drumont, fort besoin de revanche etc.) C’est au nom du NATIONALISME qu’il ne faut pas laisser les autres aller se servir avant nous. C’est au nom du PATRIOTISME EXACERBE qu’il faut avoir un véritable empire colonial. On parle tout de même de la grandeur de la NATION

*C’est ENFIN le siècle du capitalisme « très NATIONAL et PATRIOTE » – qui s’est accompli dans le cadre de l’Etat-nation – qui souhaite s’affranchir coûte que coûte des frontières nationales (après avoir bien profité des systèmes protectionnistes d’antan), des bourgeoisies nationales qui cherchent à écouler les marchandises et à disposer de nouvelles sources de richesses [ Sans oublier la peur qui s’installe de plus en plus au sein des classes aisées car il y a eu nombre de révoltes ouvrières 1830, Juin 1848 etc. ==> Voici ce que disait Cecil Rhodes, un homme politique anglais très connu : « J’étais hier dans l’East-End (quartier ouvrier de Londres), et j’ai assisté à une réunion de sans-travail. J’y ai entendu des discours forcené. Ce n’était qu’un cri. Du pain ! Du pain ! Revivant toute la scène en rentrant chez moi, je me sentis encore plus convaincu qu’avant de l’importance de l’impérialisme… L’idée qui me tient le plus à coeur, c’est la solution au problème social : pour sauver les quarante millions d’habitants du Royaume-Uni d’une guerre civile meurtrière, nous les colonisateurs, devons conquérir des terres nouvelles afin d’y installer l’excédent de notre population, d’y trouver de nouveaux débouchés pour les produits de nos fabriques et de nos mines. L’Empire, ai-je toujours dit, est une question de ventre. Si vous voulez éviter la guerre civile, il faut devenir impérialiste. »
, extrait du journal Neue Zeit, 1898 (cité par Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme ).] C’est ce même Cecil Rhodes qui disait qu’il pourrait annexer des planètes s’il disposait du temps nécessaire…

Quelques citations :

Jules Ferry à la chambre des députés, le 28 juillet 1885

 » On peut rattacher [l’expansion coloniale ] à trois ordres d’idées : à des idées ECONOMIQUES, à des idées de civilisation, à des idées d’ordre politique et PATRIOTIQUE. (…) Ce qui manque à notre GRANDE INDUSTRIE, ce qui lui manque de PLUS en PLUS, ce sont les DÉBOUCHÉS. Or ce programme est intimement lié à la politique coloniale. Il Faut chercher des DÉBOUCHÉS. »

Rondet-Saint, La Dépêche coloniale, 29.11.1929. L’auteur est directeur de la Ligue maritime et coloniale.
 » Il ne faut pas se lasser de le répéter : la colonisation n’est ni une intervention philosophique, ni un geste sentimental. Que se soit pour nous ou pour n’importe quel pays, elle est une affaire. Qui plus est, une affaire comportant invariablement à sa base des sacrifices de temps, d’argent, d’existence, lesquels trouvent leur justification dans la rémunération. »

Trois raisons principales DONC : Le NATIONALISME, LE CAPITALISME (en difficulté localement), et L’IMPÉRIALISME.

 

A bien y réfléchir, le nationalisme et l’impérialisme ne sont que des conséquences prévisibles (et non accidentelles) du capitalisme. Comme vous le savez tous, la colonisation a permis d’enrichir bon nombre de structures privées…

Pour aller plus loin : * Lire « l’impérialisme stade suprême du capitalisme » de Lenine

*Lire Rosa Luxembourg (notamment l’Etat-nation et le prolétariat)

*Introduction à l’Histoire de l’Afrique contemporaine d’Anne Hugon

* L’impérialisme (Tome 2 des origines du totalitarisme) d’Hannah Arendt,

*Les ravages du Colonialisme au Congo ( très très instructif … Mais âmes sensibles s’abstenir… )

*et enfin (pour les plus courageux) le livre noir du colonialisme (ouvrage collectif rédigé sous la direction de L’Historien Marc Ferro)

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :