[ Prédiction ] Pourquoi ça va péter prochainement…

ca va peter durPOURQUOI CA VA Péter ?

 

Aucunement pour des raisons identitaires, ethno-égoïstes et fascisantes ( en réalité, souhait secret d’esprits malades, des ouailles d’un Zemmour en mal de virilité, de Marine Le Pen et Cie, pour abreuver les sillons du sang impur des « envahisseurs » et bouter les sarrasins hors de France).

Aucunement pour des raisons liées à la pauvreté et à la l’indigence sinon comment expliquer la permanence de dictatures, d’autocrates corrompues en Afrique et en Asie ? A ce propos, constatons juste le profond égoïsme de certains membres de la petite bourgeoisie (traditionnelle et récente) qui s’émeuvent de la misère, de la pauvreté, de la rapacité des riches sitôt qu’ils se sentent menacés de déclassement. Cela fait des décennies que des populations du sud (et même du Nord) connaissent la misère, mais il a fallu que la petite bourgeoisie perde du pouvoir économique pour que certains de ses membres en viennent à se radicaliser et à critiquer « le système ».

Ça va péter (et très fort) parce qu’il y aura encore d’autres « crises économiques » bien plus tragiques, meurtrières et gravissimes et que les contradictions seront telles qu’elles ne pourront plus être surmontées. Ça va péter parce que les masses, les individus en tant qu’acteur de l’Histoire, n’en pouvant plus d’être pressés comme des citrons, infligeront des coups mortels – via une prise de pouvoir effective (et non plus relevant uniquement d’un fantasme politico-juridique) – aux appareils répressifs et idéologiques de l’État bourgeois dominateur.
Ce qui implique une prise de conscience des masses pour les masses.

Ce n’est pas de l’utopie. Ce n’est pas un souhait, un quelconque désir puéril de cités idéales à la Platon (les fameux gardiens, les rois philosophes) ou Thomas More(utopia), aussi érudits et fameux soient-ils. L’avènement d’une cité où les individus seront VÉRITABLEMENT égaux (et non plus simplement d’un point de vue juridique relevant parfois du fantasme ) et auront droit AU BONHEUR aura lieu pour des raisons « matérielles », « solides », historiques, économiques. Cela aura lieu pour des raisons « scientifiques »

ESSAYONS DONC DE RAISONNER EN TERMES DE « GROUPES SOCIAUX »

Le « système » actuel procède de la lutte, de l’antagonisme d’intérêts entre groupes sociaux. Intérêts profondément antagonistes. Il en a d’ailleurs toujours été ainsi. C’est peut-être triste, mais c’est comme ça. Nul besoin d’user de moraline, il devait en être ainsi pour des raisons sociologiques, politiques, « économiques », liées à la technique, etc. Des phases quoi.

Du temps de la Rome antique, Il y eût des tribuns romains (représentants de la plèbe) parce que les citoyens (eux-même minoritaires et privilégiés) prirent conscience de leur « force », de leur « classe » et firent grève. Les patriciens étant minoritaires (et oisifs) durent céder. Et tout au long de l’Histoire romaine, il y aura toujours cette lutte. On pourrait aussi évoquer le caractère « révolutionnaire » (avec tous les acquis qui en découlent) de la prise de pouvoir (officielle) politique par la bourgeoisie française au XVIIIe siècle (rixe entre classes possédantes lors de la révolution française)

Ce sont ces luttes (entre groupes sociaux), associées à des événements graves (scandales, guerre, etc) qui ont accompagné – au prix d’un laborieux accouchement – la naissance de la République française au XIX e siècle. Une opposition, parfois féroce entre divers groupes sociaux ( [ Bourgeoisie républicaine VS Bourgeoisie royaliste.] [Bourgeoisie et aristocratie « légitimiste » VS Bourgeoisie Orléaniste.] [Bourgeoisie réactionnaire, conservatrice, hypocrite, vile, opportuniste estampillée Thiers et Cie VS Petite bourgeoisie, ouvriers, artisans PARISIENS] )

L’ordre dominant actuel, et par bien des aspects criminel pour une bonne partie de la population mondiale, en témoignent les morts quotidiennes de femmes et enfants du fait de la faim dans une indifférence généralisée, suicide des paysans du sud et du Nord, chasse et rafle des peaux « noires » en Occident par l’appareil policier, etc, procède de ces luttes et de la domination d’une minorité (classes possédantes occidentales) de la minorité (les occidentaux sont eux-même minoritaires vis-à-vis de la population mondiale)

Il ne faudrait point sous-estimer ces rapports de force. Ces luttes (de classe) ont eu une influence majeure pour tout ce qui concerne l’appareil productif, le droit, l’économie, la famille, les institutions, nos préjugés religieux et nationaux etc. Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir comme disait si bien Rousseau

C’est par exemple grâce à la bourgeoisie – d’une certaine manière – que l’État a pu naître. Il fallait en effet que le monarque puisse assujettir – à travers un appareil étatique embryonnaire- les « grands » (vassaux, seigneurs, etc) pour pouvoir régner en maître ABSOLU sur son territoire (Cela arrangeait aussi la bourgeoisie, car plus de frontières intérieures, donc de taxes et une certaine liberté de commerce.). Les descendants des « grands » n’étaient plus d’une si grande utilité, comme leurs glorieux aïeux l’avaient été naguère pour la défense et conquête de nouveaux territoires.

Le roi finit par vaincre, par assujettir cette aristocratie rebelle, mais malheureusement pour lui, la chute de l’aristocratie signifiait sa fin prochaine. II avait crée ses fossoyeurs : Une nouvelle classe sociale, éduquée, puissante, qui était d’une plus grande utilité (via le commerce et qui le savait, elle avait donc acquis une conscience de classe) pour le royaume (contrairement à l’aristocratie oisive) et qui ne jouissait aucunement des privilèges de l’aristocratie fainéante et arrogante (d’où une certaine jalousie et envie d’en découdre).

*[ Pour qui VEUT VÉRITABLEMENT déchoir Le Souverain, il n’est pas besoin de s’attaquer à sa représentation physique, ou du moins pas uniquement. Le Représentant, aussi formidable ou misérable soit-il, n’est qu’un maillon, un rouage dans une gigantesque machinerie. C’est en outre un être soumis à la finitude. Sitôt qu’il n’est plus, un autre prends sa place.  » Le roi est mort, vive le roi ! » Il faut plutôt s’attaquer aux fondements sur lesquels repose sa légitimité, son aptitude à commander, à régner. Le souverain tirant sa légitimité de la divinité (« lieutenant de Dieu sur terre » ), il fallait – pour abattre à tous jamais le souverain – s’attaquer aux interprétations du divin, voire à la notion de la divinité. C’est ce que firent les représentants éclairés de la Bourgeoisie. Ils ébranlèrent l’édifice sur lequel reposait sa souveraineté.

Au mieux, le monarque serait dépossédé de son pouvoir « absolu »(chèrement acquis après une lutte féroce contre les « grands ») dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle, au pire il serait tout simplement supprimé ( C’est parce que l’édifice – craquelant de toutes parts – commençait à chanceler dangereusement que les révolutionnaires Français purent aisément supprimer la royauté, aidés en cela par l’Histoire, la conflictualité et l’antagonisme d’intérêts entre groupes sociaux, la guerre etc. L’arme fut crée par les philosophes bourgeois, le révolutionnaire se contenta juste de tirer sur la gâchette.)]

Beaucoup de nos institutions, de nos préjugés, etc procèdent de ces luttes et de la domination de la bourgeoisie. On pourrait évoquer l’impérialisme et le colonialisme (besoin de nouveaux marchés), les comptoirs (privés) en Asie et en Afrique, l’esclavage (servant à l’accumulation des capitaux, capitaux étant utiliser par la suite pour acheter des machines, etc.), la répression des syndicats, la crainte des puissants, d’une révolution « rouge », le sort des femmes, la vision contemporaine du travail, le néo-colonialisme etc.

De nos jours, Les médias de masse appartiennent aux classes possédantes occidentales. Hollywood, la littérature, l’art, etc. ==> Classes possédantes occidentales. Sociologiquement parlant, Les Assemblées représentatives d’occident ne sont que des émanations de la bourgeoisie et petite bourgeoisie (aux ordres). Très peu d’ouvriers et employés, de paysans, d’individus issus de minorités ethniques, etc. D’ailleurs, c’est aussi le cas dans bon nombre de pays du sud.

En résumé, la superstructure régissant la vie de tous les êtres humains vivant sur cette planète, l’appareil de domination présidant nos destinées (qu’on soit européen, africain, ou asiatique), est un outil ayant été érigé au fil du temps par une minorité et pour le bénéfice de cette minorité qui avait conscience d’elle-même et pour elle même.

Oh, rassurez-vous ! Cela ne vas pas péter tout de suite car des bourgeoisies et petites bourgeoisies des pays du sud ont émergé. Émergence accompagnée d’un désir toujours plus grand des produits occidentaux. Elles ont envie de consommer, de singer jusque dans l’absurde les occidentaux. Elles sont aussi proches du pouvoir local et exploitent.

C’est qu’il s’est opéré une sorte d’alliance, d’amitié voire d’union entre les bourgeoisies occidentales et les bourgeoisies du sud. Après tout, elles partagent les mêmes goûts, la même culture, cet appât du gain, etc.On n’est plus aux temps de la colonisation, au temps où nombre de membres de la bourgeoisie occidentale étaient réactionnaires vis-à-vis de ces » nègres », de ces « yeux bridés » ou de ces « bougnoules ». Aujourd’hui, la bourgeoisie du sud est accueilli à bras ouvert en Occident (La bourgeoisie du Nord est aussi très bien accueillie au Sud). Carte de résident d’office si l’ex-colonisé est multi-millionnaire (cf CESEDA) .
L’intégration et tout le discours paternaliste et coercitif, c’est pour les pauvres n’ayant pas la bonne couleur de peau.

Il se peut donc que Le « système » soit sauvé temporairement car il y aura de nouveaux consommateurs. Des consommateurs très nombreux du fait de la vigueur démographique dans les pays du sud.

Néanmoins, des petites tensions naîtront, Non pour des raisons culturels mais du fait de la frustration de la petite bourgeoisie. la petite bourgeoisie traditionnelle (petits commerçants, artisans, etc.), et la néo petite bourgeoisie ( métiers de l’art, communication, managers etc) d’occident se radicalisent. Ces classes sont fort mécontentes. Elles ont perdu du pouvoir économique. Il n’y a plus de clients. Plus de pouvoir d’achat.
Les membres de ces groupes sociaux qui croyaient au self-made man ne se font plus d’illusions. Ils découvrent qu’ils ne seront jamais des Bill Gates, que la prospérité s’est déplacée, qu’ils se sont plus souverains – si tant est qu’ils l’aient vraiment été – ,que L’ascension sociale, c’est terminé. La peur du déclassement a remplacé l’habituel mépris de classe (vis-à-vis des ouvriers et employés). Avant, la petite bourgeoisie, comme la bourgeoisie de naguère vis-à-vis de l’aristocratie, enviait la bourgeoisie. Ses membres voulaient en être. Maintenant, ce n’est plus qu’haine.

Déjà observe t-on de plus en en plus de la part de ces membres la remise en cause du « système » capitaliste. Pas encore le capitalisme en soi mais plutôt ses extensions. Financiarisation, parlementarisme, impérialisme etc. Beaucoup en appellent à un capitalisme « à visage humain », à une « moralisation » du capitalisme, à un « capitalisme vert ». D’autres souhaitent carrément le retour d’un capitalisme national (alors que le capitalisme s’est accompli au sein de l’État-nation, que l’exploitation y fut la plus féroce), et la mise en place d’une sorte de bonapartisme saupoudré d’un peu de fascisme : Collaboration (forcée) des groupes sociaux (toujours au profit des puissants), syndicats aux ordres voire syndicat unique regroupant travailleurs et patrons, « nation » sous le joug d’une sorte de tyran pouvant éventuellement tirer sa légitimité du plébiscite.

Ces attaques ne seront d’aucune conséquence pour le système capitaliste. Non, le système capitaliste s’effondrera car les contradictions ne pourront plus être surmontées. Parce qu’il n’y aura plus de marchés. Du fait de la finitude du monde, quoi que puissent en penser la prêtraille de la croissance. Du fait des innombrables bulles financières. Etc.

Le coup final viendra de nous et ne pourra venir que de nous. En tant qu’êtres humains, et donc acteurs de l’Histoire, nous serons de plus en plus amenés( et nous devons le faire) – par la force des choses, par espoir ou désespoir, par une prise de conscience – à nous « bouger » (via des mouvements sociaux, la grève, etc.) afin que puisse périr cette « économie de marché » dont l’aurore de son ère, c’est quand même « La découverte des contrées aurifères et argentifères d’Amérique, l’extermination et l’asservissement de la population indigène, son ensevelissement dans les mines, les débuts de la conquête et du sac des Indes orientales, la transformation de l’Afrique en garenne commerciale pour la chasse aux peaux noires, »

Oui, ça va finir par péter ! « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :