» Oui, les cheminots sont des grosses feignasses privilégiées !  »

sncf prii

 

[  » la retraite des cheminots, c’est la vie de château, c’est vrai puisque c’est vu à la télé » .

Aller, on va remettre le cerveau en route et regarder ce qui se cache vraiment derrière le régime spécial des cheminots.

QUI EST CONCERNE PAR LE RÉGIME SPÉCIAL ?

Ce ne sont pas tous les cheminots qui bénéficient du régime spécial de retraite. Pour y avoir droit, il faut avoir été embauché à la SNCF jusqu’à 30 ans. Les cheminots embauchés au delà de cet âge sont au régime général. Fin 2011, ils étaient un peu plus de 9000 et leur nombre augmentait de 1000 par an. (Source). On peut donc penser qu’à fin 2013, les cheminots au régime général représentent en gros 10 000 personnes sur les 155 000 salariés de l’EPIC SNCF soit environ 6,5% de l’effectif.

Petite précision, par cheminot, on entend tout salarié de la SNCF qu’il soit conducteur ou pas. J’ai vu que, pour certains, seuls les conducteurs sont cheminots. Ce n’est pas le cas.

* Une retraite, ça se prend quand on en a le droit ET qu’on peut se le permettre…

Pour avoir le droit de partir à la retraite, il faut avoir atteint l’âge légal de départ. Dans le régime général, un salarié né à partir de 1955 a le droit de partir à 62 ans. Un cheminot au régime spécial aura le droit de partir à 52 ans s’il est conducteur ou 57 ans s’il est agent en service sédentaire. Ces chiffres, vous les connaissez, les télés et journaux les répètent assez. Bêtement, les médias oublient toujours qu’une retraite, on la prend quand on en a le droit ET qu’on peut se le permettre.

En effet, avoir le droit de partir c’est bien mais pouvoir se le permettre financièrement c’est mieux. On omet donc toujours de rappeler qu’il y a un nombre de trimestres à cotiser pour toucher sa retraite pleine. Si l’on n’a pas ces trimestres, on est soumis à une décote et l’on touche donc une pension plus petite. Plus il manque de trimestres, plus la décote est importante. Voila donc les chiffres qui sont oubliés par les médias.

Un salarié du régime général doit cotiser 166 trimestres pour pouvoir prétendre à l’intégralité de sa pension. Un cheminot au régime spécial, qu’il soit conducteur ou agent sédentaire, n’obtient sa retraite pleine qu’à la condition d’avoir cotisé… 166 trimestres. Dingue ça !

Petit exercice pratique. Sachant que 166 trimestres correspondent à 41,5 années de travail et en prenant un salarié qui a été embauché à 20 ans, à quel âge pourra t’il prendre sa retraite et toucher sa pension sans décote ?

– Au régime général : 62 ans (il aura sa retraite pleine à 61,5 ans mais devra attendre six mois d’atteindre l’âge légal de départ).

– Au régime spécial de la SNCF : 61,5 ans soit neuf ans et demi après l’âge légal de départ s’il est conducteur ou quatre ans et demi après l’âge légal de départ s’il est agent sédentaire.

Six mois d’écart, voila l’énorme privilège dont bénéficient les cheminots que vous croisez.

Le mode de calcul de la pension…

Autre privilège exorbitant dont jouiraient les cheminots, le calcul de la pension sur les six derniers mois au lieux des vingt cinq meilleures années. Une fois de plus, les médias oublient toujours un point important: dans le régime général, on calcule la pension sur l’intégralité des revenus, à la SNCF c’est sur le seul traitement de base et, en bossant en horaires décalés, les majorations horaires représentent un bon tiers du salaire. On a donc une retraite calculée sur 75% des revenus.

Pour se faire une idée du résultat, il faut mettre des chiffres concrets en face de mots qui peuvent donner une fausse idée de la réalité. Regardons le résultat de ces différents modes de calcul sur le taux de remplacement, c’est à dire le pourcentage du dernier salaire touché par le retraité. On parle là du taux obtenu pour un salarié partant avec une retraite à taux plein. La différence de mode de calcul donne un taux de remplacement médian de 69,2% pour les cheminots contre 74% pour le régime général .

Des cotisations plus élevées…

Autre spécificité du régime spécial des cheminots, le montant des cotisations. Dans le régime spécial, un salarié cotise au taux de 7,85% quand, dans le privé, le taux est de 7,05%. Si l’on fait la comparaison entre les cotisations totales (part salarié + part employeur), on a même un taux de à la SNCF 41,55% contre 17,25% dans le régime général. Ça fait quand même une sacrée différence ! Pour l’employeur, s’il dispose d’un même budget pour une embauche, la paye finale du cheminot sera moins élevée que son homologue du privé. Les collègues, qui ont pu partir à 52 ans, leur retraite anticipée, ils l’avaient plus que payé.

Ben oui mais le déficit, faut bien le combler…

Oui, il y a un déficit du régime de retraite des cheminots. Mais d’où vient il ? Des réductions d’effectifs. De 450 000 cheminots à la fin de la deuxième guerre, on est tombé à 155 0000 fin 2013. Sans même aller chercher si loin, l’effectif était encore de 210 000 actifs en 2000. Forcément, à force de faire des économies sur les salaires, ont génère du déficit sur les retraites en supprimant des cotisants. Comme les salariés du régime général qui subissent la perte de cotisations générée par le chômage, il n’y a pas de raison que les cheminots payent la facture et c’est pourtant bien ce qui se passe. Nous en sommes au même point que les salariés du privé: nous payons l’addition des restrictions budgétaires.

Et l’avenir…

Vous le voyez, le départ à 52 ou 57 ans, ce n’est qu’un chiffre sur du papier. Dans la réalité, il est devenu impossible de partir si tôt sauf à manger des patates toute sa retraite. Malgré cela, les taux de cotisation n’ont pas été revus à la baisse. Au contraire, dès 2026, la part salariale passera à un taux de 10,55%.

Il est clair qu’il est temps de faire quelque chose car nous en sommes au point où, du régime spécial, il ne nous reste que les inconvénients (cotisations plus élevées et taux de remplacement plus bas) mais plus les avantages (réelle possibilité de partir plus tôt).

Pas mal de cheminots ne veulent pas que l’on touche au régime. Une partie de l’opinion veut que l’on bascule purement et simplement sur le régime général. De leur côté les politiques ne touchent à rien et ils auraient tord. Ils se retrouvent avec une population qui paye plus que les autres pour une retraite équivalente. Personnellement, je ne sais pas quelle solution est préférable. Soit on m’intègre au régime général et on arrête de me faire cotiser plus soit on me redonne les moyens de partir tôt. Pour l’ensemble des cheminots la seconde solution serait peut être la meilleure. Pour mon cas, la seconde m’arrangerait en m’évitant d’être polypensionné et donc de subir une double décote. Bref, je ne sais que choisir.

Une seule chose est claire: il faut vite qu’on arrête de me raconter que ma retraite est un privilège !]

Source  (bien plus complet avec chiffres ) ==> http://blog.sylvainbouard.fr/la-retraite-des-cheminots-du-reve-a-la-realite/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :