Les femmes doivent obéir aux hommes car elles sont inférieures

blancheneige

 

Les femmes doivent obéir aux hommes car elles sont inférieures. Il fut un temps pas si lointain où beaucoup de gens le pensaient. Et pas des moindres. Un Pythagore disait :  » Il y a un principe bon qui a crée l’ordre, la lumière et l’homme et un principe mauvais qui a crée le chaos, les ténèbres et la femme « 

 

« Il est préférable pour tous les animaux domestiques d’être dirigés par des êtres humains. Parce que c’est de cette manière qu’ils sont gardés en vie. De la même manière, la relation entre le mâle et la femelle est par nature telle que le mâle est supérieur, la femelle, inférieure, que le mâle dirige et que la femelle est dirigée. » disait aussi Aristote. Il attribuait d’ailleurs une certaine décadence à Sparte parce qu’il arrivait que des femmes spartiates participent à la vie de la cité et certaines pouvaient disposer librement de leurs biens. Certains clercs considéraient que les femmes n’avaient pas d’âme, ou qu’elles étaient les associés ou envoyés du malin. Et les influences qu’ont eu ces propos s’en font encore ressentir de nos jours.

 

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question »

Simone de Beauvoir

Etre féministe ou ne pas être féministe n’empêche en rien de constater que La question de la condition féminine est une thématique qui soulève toujours beaucoup de passions. Simone de Beauvoir avait-elle raison ? Je ne saurais le dire mais le fait est que chaque fois qu’est abordée sur les réseaux sociaux la condition des femmes ( j’en ai fait l’expérience sur ma propre page), il y a toujours une certaine avant-garde véritablement révolutionnaire et éclairée, des « sachants » pour nous dire qu’on n’y est point du tout, que c’est une problématique mineure et qu’il ne convient pas de s’y intéresser car c’est un leurre. D’autres, de tendance plutôt « conspi », nous disent qu’en s’y intéressant, on joue le jeu des dominants, que la féminisation du monde est un danger.
Les abolitionnistes (noirs et blancs, opprimés et privilégies) n’auraient donc pas du se battre pour la  cause  des esclaves noirs, car c’était un problème infiniment moindre par rapport à la puissance de la finance, à l’influence néfaste des puissants groupes d’intérêts privés etc. Les anticolonialistes – qu’ils soient indigènes ou ressortissants de la métropole car la lutte pour des causes justes embrasse toutes les ethnies, toutes les couleurs tout comme la haine et la connerie n’ont point de couleur ou de religion – n’auraient donc pas du s’intéresser au sort des indigènes lors de la colonisation, car l’asservissement, l’exploitation des indigènes dans les conditions les plus meurtrières qui soient, c’étaient des problématiques de moindre importance par rapport au(x) soi-disant réel(s) problème (s): l’emprise des francs-mâcons, la communauté organisée (entendez les juifs)et toute autre société secrète puissante qui dominerait le monde depuis la nuit des temps. Cette façon de voir les choses, d’appréhender des problématiques complexes, c’est typiquement de l’extrême-droite. A la manière d’un Edouard Drumont (L’auteur de la France juive, quand on pense que cet ouvrage raciste fut un « best-seller » à l’époque…) : Si le pays va mal, c’est à cause de tel groupe ethnique. Il convient de s’y attaquer en priorité, car de là découlent tous les problèmes des français. Ou à la manière de l’action française, d’un Maurras avec les quatre États confédérés (Protestants, juifs, francs-maçons et métèques), les fameux ennemis intérieurs, l’Anti France. Trois millions de juifs, trois millions de chômeurs. Trois millions d’immigrés, trois millions de chômeurs.
Bref, du racisme et du crétinisme, les deux allant de pair.
Même en partant de cette optique (celle qui consiste à ne pas porter attention qu’aux problèmes dits secondaires), cela prends du temps de renverser la table. Le grand soir peine à se montrer or c’est en ce moment que des gens sont opprimés, sont discriminés du fait de préjugés stupides…
Quels sont donc les arguments fréquemment invoqués pour qu’on ne s’ intéresse pas aux revendications féministes? «  Le féminisme n’est qu’une lubie de bourgeoise » /  Une femme qui souhaiterait être traitée de la même manière que les hommes manquent cruellement d’ambition »/ «  La femme qui travaille, ce n’est pas un progrès pour la société car elle délaisse les enfants et elle est sous-payée »./ « Les femmes sont différentes des hommes  et donc… » On pourrait aussi évoquer le fait d’amalgamer les revendications féministes au femen etc
Intéressons nous donc tout d’abord à cette fameuse féminisation de la société qui mènerait le monde à sa perte, à une inversion des valeurs, à une émasculation des hommes etc.
Le monde ne se réduit point au monde occidental. Beaucoup semblent l’oublier. A un moment, faut juste arrêter de se prendre pour le nombril du monde. Je n’observe pas en Orient, en Asie, en Europe de l’est ou en Afrique une féminisation à outrance. D’ailleurs, je ne l’observe pas en France.
Le monde, depuis la sédentarisation, depuis l’abandon du culte à la Déesse-Mère, depuis l’agriculture et l’appropriation de la nature en tant qu’outil par l’Homme, EST « masculin ». Le temps où les femmes furent des chamans, des prêtresses influentes du divin dans certaines populations nomades est révolu.
Ensuite, les contempteurs du féminisme nous disent que les femmes sont différentes des hommes donc (vous devinez la suite) bla bla… . Ce qui en soi ne veut rien dire car s’il est vrai que les femmes diffèrent des hommes biologiquement, les idées que nous nous faisons de tout ce qui est féminin ou masculin relève du « culturel » et donc d’une construction humaine en perpétuel mouvement ( En fait, ces personnes le savent très bien mais elles ne peuvent s’empêcher de voir les femmes en tant que mères, en tant qu’êtres perpétuellement destinés à s’occuper des marmots, à les éduquer, à les torcher. Activité ô combien noble ! Ce faisant, elles assujettissent les femmes à leurs fonctions purement biologiques, et ce, malgré les progrès de la contraception, le partage des tâches ménagères, le rôle de l’homme en tant que père et membre plutôt actif et zélé lors de la conception etc.) Le « féminin » et le « masculin » ont été définis d’abord et avant tout par l’homme dans les mythes, les religions, les codes sociaux. Dans les mythes, la plupart du temps les héros sont masculins. Dans certains mythes, la femme fut à l’origine une punition divine : C’est le cas dans le monde grec avec Pandora, la colère de Zeus vis à vis de Promethée etc (cf cosmogonie d’Hésiode). Dans d’autres mythes, elle est venu pour servir les hommes ou pour combler leur solitude : Eve qui est tirée de la côte d’Adam car Adam se sent seul (Cf La genèse). L’arrivée d’Ève aux cotés d’Adam, c’est le début de la fin. Non seulement, elle fut une création tardive , tiré d’une cote pour combler la solitude d’Adam, mais elle est aussi responsable de la chute d’Adam, de la perdition de celui-ci, de la perte de la vie éternelle, du Paradis etc.
A l’époque de ces grandes civilisations, ce sont les hommes qui légiféraient et qui occupaient tous les postes importants (guerriers, prêtres, Rois). La culture, c’était encore les hommes. Pour exemple, la tragédie dans l’antiquité était jouée par les citoyens athéniens(et non les athéniennes qui étaient considérées comme des êtres mineurs. La femme athénienne était d’ailleurs bien moins lotie que la femme spartiate ou la femme égyptienne). Mêmes les rôles féminins étaient interprétés par les hommes. Les femmes ne pouvaient assister à ces spectacles, or ces spectacles avaient une grande importance dans la cité : C’était du divertissement (gratuit) mais aussi de l’enseignement, des questionnements etc
Il apparaît donc qu’à l’origine, ce n’est donc pas la femme qui s’est affirmée en tant qu’être (contrairement à l’homme), qui a défini la féminité, mais l’homme qui a cantonné la femme dans un rôle particulier (ou des rôles particuliers ) tout au long de l’histoire humaine. Poulain de la Barre ne disait-il pas déjà de son temps :  » Tout ce qui a été écrit par les hommes sur les femmes doit être suspect car ils sont à la fois juge et parti  » Toujours assujettie d’une façon ou d’une autre donc. De là il vient nombre de préjugés stupides vis a vis des femmes. Préjugés toujours présents, vivaces dans l’inconscient populaire, répandus aussi bien chez les hommes que chez les femmes (Et il ne faut pas s’en étonner concernant ces dernières, car il n’est pas rare d’observer dans le temps passé et présent des serfs louant le seigneur local , L’esclave « promu »se montrant parfois plus tyrannique envers ses congénères que le maître esclavagiste , des femmes votant pour des misogynes déclarés et défendant parfois avec vigueur les propos les plus archaïques qui soient …). Ce n’est donc pas la nature ou je ne sais quel soi-disant instinct naturel qui pousserait les petites filles à jouer avec les poupées et les jeunes garçons à jouer avec les voitures. Ce n’est pas la nature qui pousse les jeunes garçons à s’intéresser aux sciences dures, et les jeunes filles à s’intéresser aux sciences humaines ( Cela n’est d’ailleurs pas sans me rappeler des temps anciens où les femmes étaient éduquées leur vie durant à être des bonnes maîtresses de maison, à attendre que des hommes daignent bien vouloir d’elles, à être entretenues plus tard (et donc sous la botte des hommes car dépendantes ).

Malgré tout, beaucoup pensent que féminisme n’a plus lieu d’être. Que ces préjugés n’existent plus du fait des mentalités contemporaines. De deux choses l’une, soit ils vivent dans une tour d’ivoire, complètement déconnectés du réel, soit ils sont de très mauvaise foi. Le sort des femmes est toujours détestable dans certaines régions du globe, le nôtre y compris ( traite des femmes en Europe, viols en Inde, en France, Salaires toujours plus bas, sexisme, misogynie, etc.).

Prenons pour finir juste un exemple simple, assez récurent et célèbre. Le cas « Miss France ». Concours de beauté féminin suivi par des millions de personnes. A la seule évocation de ce concours de beauté, les premiers mots qui me viennent sont les suivants : «Foire », « «concours bovins » etc. L’esprit n’y est point jugé. Mais le corps, cet amas de chair, cette marchandise bovine oui. On tâte, on regarde, on retâte et finalement adjugé vendu.
Observons attentivement toutes ces publicités, ces clips de rap ou expositions (voitures etc) où les femmes sont des attrape-nigauds. Elles ne sont là que pour pousser à la consommation, que pour augmenter les audiences. Elles ne sont donc « bonnes » qu’à ça, au sens figuré comme au propre ! Elles ne doivent satisfaire que les désirs des mâles, et sont sommées de trouver cela très réjouissant ! Femme-objet donc !
Dans les temps anciens, les femmes furent souvent assimilées à des vulgaires marchandises, à un patrimoine. C’étaient des objets, « des pions » destinés à réconcilier deux monarques puissants, à former des alliances avec des des royaumes, des empires, à augmenter la richesse et la puissance de leurs pères, de la famille. La mariage de Marie-antoinette avec Louis XVI pour affermir l’alliance entre l’Autriche et la France, l’union entre le bourbon Henri de Navarre et Marguerite de Valois etc. Autant d’exemples donc. Elles pouvaient être répudiées s’il n’y avait pas d’héritier mâle ou pour tout autre raison. Quand elles se présentaient devant des monarques ou des nobles, des grands, des seigneurs, ceux-ci pouvaient les tâter, les contempler sous tous les angles possibles tels des bovins, des vaches pour savoir si en plus d’obtenir une alliance avantageuse, ils avaient fait là une bonne affaire. Femme-propriété donc !
Oh, il y eut des femmes qui se sont sont affirmées. Boadicée, cette reine celte qui combattit avec ses filles l’occupant Romain, Amina, cette reine guerrière Africaine qui a inspiré la série Xéna la guerrière, Vlasta, cette amazone de Bohème, Jeanne d’arc, les amazones du Dahomey (l’actuel Bénin) qui d’ailleurs ont remporté certaines batailles contre l’armée française, Catherine de Russie, Anne Zingha reine d’Angola, Murasaki Shikibu, Catherine de Médicis, Elisabeth, Jeanne d’Albret mère d’Henri de Navarre etc. Mais pour pouvoir s’affirmer dans ce monde violent, dans ce monde de brutes, elles ont du se comporter comme des hommes. Elles ont du se comporter comme leurs congénères masculins, en faire deux fois plus. Aucune originalité. En somme, elles ont du se cantonner au rôle du monarque tel que défini par l’homme. D’ailleurs, observe t-on une amélioration conséquente de la condition féminine sous le règne des femmes dans les temps anciens? Non.
C’est donc pour toutes ces raisons que les revendications féministes ont encore leur raison d’être. Non pour asservir les hommes (argument complètement stupide par des hommes qui ont peur pour je ne sais quelle raison), mais pour tendre vers une sorte d’équilibre car le maître mot, c’est l’équilibre les amis. Par conséquent, il convient donc de tendre vers cet équilibre car Le féminin et le Masculin ( du moins les valeurs qu’on attribue au féminin et au masculin) ont vocation à régir les relations entre les êtres humains et ce, pour le plus grand bien de tous.

blancheneige

Publicités

3 réflexions sur “Les femmes doivent obéir aux hommes car elles sont inférieures

  1. Bon article, juste une remarque : Prométhée est un homme.

    • jeunecitoyen dit :

      Merci beaucoup cher Antoine =) Oui je le sais,C’est un dieu masculin. Sans doute ai-je mal formulé la chose. Dans la mythologie grecque, c’est parce que Promethée apporte le feu et donne de meilleurs morceaux (de gibier) aux hommes que Zeus est en colère. Il demandera à certains dieux de créer Pandora pour punir Promethée et les hommes. Du moins, c’est ce qu’il ressort de mes souvenirs de lecture.

  2. Politica dit :

    Je me demande vraiment pourquoi les hommes sans exception se croient supérieur aux femmes. Ils définissent une personne par son sexe plutot que par son intéligence. Ils veulent tout avoir pour eux et s’approprient tout !! J’ai beau dire aux hommes que je rencontre que la femme ne veut être l’égale de personne et encore moins des idiots. Mais elle est égale a elle meme et demande juste qu’on la respecte en tant qu’être humain. Conclusion, je refuse de porté l’enfant d’un homme dans mon ventre. J’ai entendu dire que 2 femmes pourraient désormais avoir un bébé sans avoir besoin d’un homme alors j’attendrais que cette révolution soit mise au point. Je pourais enfin crier a qui veut bien l’enttendre que j’attend le bébé d’une FEMME et non pas d’un homme car leur seul but c’est le pouvoir et l’argent. Ils conditionnent et enferme la femme en l’empêchant d’évoluer pour dire ensuite qu’elle est inférieur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :