Comment les médias peuvent parfois s’arranger avec la réalité [ Claire ]

malcolm medias

 

Voici une petite histoire véridique pour convaincre ceux qui ne le seraient pas encore… J’ai eu vent de cette histoire par l’un des témoins, preuves à l’appui (articles de journaux)

Imaginez un collège de banlieue, situé à un coin de rue. Il est midi et demi, une partie des élèves déjeune dans la cohue de la cantine, une autre partie, aimant certainement davantage manger paisiblement, attend patiemment dans la cour l’heure du deuxième service. Il faudrait ici préciser que la cour donne directement sur la rue, séparée d’elle par un simple grillage.

Les élèves, donc, discutent sagement dans la cour. Une voiture s’arrête le long d’un trottoir, celui qui fait face à un arrêt de bus. Un homme attend dans le véhicule. Un bus s’arrête, une femme descend et traverse la rue pour rentrer chez elle. L’homme sort alors de la voiture, suit la femme et lorsqu’elle est à portée de main, la tue d’un coup de fusil. Il retourne alors à sa voiture et, retournant l’arme contre lui, se suicide à l’intérieur.

Pendant les meurtres successifs, les enfants étaient, en toute logique, littéralement choqués. On précisera que pas une fois le meurtrier n’a regardé les élèves, il ne semblait pas même les avoir remarqué, tout enfermé qu’il était dans sa folie.

Plusieurs semaines passent avant que le professeur de français apporte à ses élèves -ceux-là même qui avaient assisté à la scène- deux journaux qui étaient parus le lendemain du drame. Les élèves, effarés, constatent que les deux versions non seulement diffèrent mais surtout ne se contentent pas de raconter les faits tels qu’ils se sont réellement déroulés.

L’un des journaux rapporte en effet que l’assassin aurait menacé de son fusil les élèves avant de se diriger vers son véhicule ; l’autre journal d’ajouter qu’un élève a même été menacé, le fusil sous la gorge.

Par cet examen, le professeur a voulu souligner le fait que non seulement les media sont autant de voix différentes et par là même de versions différentes mais aussi, et c’est certainement là le plus grave et le plus déroutant : les media peuvent parfois nous manipuler, préférant arranger la réalité à leur manière de façon à obtenir cette « belle petite histoire horrible à raconter » et qui fait vendre.

Ces enfants de 15 ans l’ont bien compris : il ne faut croire qu’à ce que l’on voit et encore nos sens peuvent-ils nous abuser… Mais surtout, ne prenons pas comme vérité indiscutable ce que les media essayent de nous fourrer dans le crâne : ils ont parfois de bonnes raisons de vouloir nous faire croire à ces balivernes.

Publicités
Tagué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :