ECOLE ! IL EST GRAND TEMPS D’OUVRIR LES YEUX !!

jeunes

 

Bonjour à tous. X.C, Un membre de la page,  Joëlle Perrot enseignante avec 30 ans d’expérience, a tenu à rédiger un article sur l »école. L’article est ci-dessous : 

ECOLE ! IL EST GRAND TEMPS D’OUVRIR LES YEUX !!

– En 1894, les élèves des écoles primaires avaient 1338 heures de cours par an, réparties en 44 semaines de classe de 30 h (5 journées de 6 h) + 3 jours…

– En 1964, les élèves des écoles primaires avaient 1110 heures de cours par an, réparties en 37 semaines de classe de 30 h (5 journées de 6 h).

– En 1969, les élèves des écoles primaires avaient 999 heures de cours par an, réparties en 37 semaines de classe de 27 h (4 journées de 6 h + une matinée de 3 h ).

– En 1991, les élèves des écoles primaires avaient 972 heures de cours par an, réparties en 36 semaines de classe de 27 h (4 journées de 6 h + une matinée de 3 h ).

– En 2012, les élèves des écoles primaires avaient 864 heures de cours par an, réparties en 36 semaines de classe de 24 h (4 journées de 6 h).

Petit calcul :

Si aujourd’hui, nos élèves devaient suivre annuellement le même nombre d’heures de cours que les élèves du début du 20e siècle, il faudrait ajouter 20 semaines de 24 h de cours à leur année scolaire… C’est-à-dire que deux années de classe en 1900 valaient environ 3 années de classe aujourd’hui !
Ce qui fait que sur 5 années de primaire, les élèves de 1900 avaient accumulé autant d’heures de cours que ne le feraient nos élèves d’aujourd’hui durant environ 7 années et 2 trimestres de classe (selon les horaires actuels)…

Que l’on s’entende bien alors, avant d’entamer on ne sait quelle nouvelle réforme de l’enseignement en primaire ; soit on considère que les élèves des années 1900 étaient vraiment très nuls et qu’il fallait les abreuver de leçons afin de les voir acquérir les connaissances de base nécessaires à leur entrée dans la vie active ou dans le secondaire, soit on considère que les élèves actuels sont si éveillés qu’ils peuvent acquérir les compétences de base indispensables à leur entrée en secondaire en seulement 2 tiers du temps scolaire dont bénéficiaient les enfants du début du siècle…

En un peu plus d’un siècle on a perdu un tiers du temps consacré à la scolarisation des élèves du primaire, mais on a ajouté à leurs programmes des matières essentielles pour leur avenir (!!), telles que l’informatique, l’anglais, l’histoire de l’art, etc… C’est important tout ça, c’est sûr, mais pour autant cela n’a pas simplifié l’acquisition des bases de l’orthographe, de la grammaire et du calcul pour lesquelles on a largement rogné sur les heures d’enseignement et d’acquisition des savoirs…
Pour exemple :
En 1969, un élève de CP/CE1 avait 555 heures annuelles consacrées à l’apprentissage de la lecture, de l’orthographe, globalement à l’acquisition de la langue écrite et orale, mais en 2012, un élève devait faire ces acquisitions en 360 heures annuelles (entre temps la langue française ne s’est pour autant pas simplifiée et les difficultés linguistiques auxquelles sont aujourd’hui confrontés les enfants sont les mêmes qu’en 69).

Par ailleurs, dire de nos élèves de CM2 qu’ils sont moins bons en calcul ou en orthographe que ceux du début du siècle est profondément injuste puisqu’on leur a, entre-temps, défalqué un tiers du temps scolaire dévolu à ces acquisitions…
Pour être un tant soit peu équitable ne faudrait-il pas comparer des élèves à qui l’on aurait accordé les mêmes quotités horaires pour l’acquisition de compétences similaires ?
Et dans ce cas, comparer le niveau d’orthographe des écoliers de CM2 des années 50 à celui, non des élèves de CM2, mais des collégiens de 5e des années 2000 ?!

A noter également que si l’on tient compte des acquisitions qui sont aux programmes des classes primaires, les enseignants se doivent d’apporter quotidiennement une nouvelle notion dans chacune des matières de base telles que les maths et le français… Tant et si bien que les temps réservés aux exercices d’entraînement se trouvent réduits à… une peau de chagrin, pour ne pas dire à rien !
A moins que les devoirs du soir…
Oups ! La boulette ! Les devoirs du soir sont interdits !!!
C’est une bonne chose sans aucun doute, mais les élèves de 1900, déjà abreuvés de cours, en avaient, eux !
En fait donc, ce ne sont donc pas 474 heures annuelles de travail scolaire en moins que nous avons maintenant par rapport au début du 20e siècle, mais bien quelques 500 !!
Cela tous les ans pendant 5 ans, ça commence à faire frémir, non ???

Du coup, j’en reviens à mes interrogations : soit les élèves des années 1900 étaient durs de la comprenette, soit nos élèves actuels sont particulièrement doués… A moins que ce ne soient les adultes qui se chargent de l’éducation et de l’enseignement qui se foutent de nos gosses et se soucient moins de leur réussite que de se faire mousser en proposant des réformes complètement ineptes et inaptes ??
Pour tout dire, sachant ce qui se dit sur les performances des élèves d’aujourd’hui en maths et en français, je n’ai pas beaucoup de doutes quant à la réponse à apporter à mes questions…

Ce qui m’amène à en poser d’autres :
Quand donc allons-nous cesser de nous moquer de nos enfants ???
Quand donc allons-nous cesser de dénigrer leurs compétences et admettre que dans ce gâchis, notre système éducatif tient une grande part de responsabilité ???

Voilà ! C’est mon coup de gueule du jour…

Mais en tant qu’enseignante, vieille de plus de 30 ans d’expérience, j’aurais juste ceci à ajouter pour nos têtes bien pensantes du Ministère de l’Education Nationale :

Aujourd’hui, le problème n’est pas tant d’ergoter sur le nombre d’ heures d’enseignement que d’œuvrer à la mise en cohérence des acquisitions que l’on attend des élèves, d’une part, et du temps qui leur est accordé pour y parvenir, d’autre part…

Donnez nous le temps d’enseigner et donnez à nos élèves de primaire le temps de découvrir, d’apprendre, d’acquérir et d’assimiler et vous aurez mis en place la réforme éducative la plus intelligente qui soit.

Lire, écrire, compter sont les bases nécessaires à tout autre apprentissage,
quand donc allons-nous donner à nos enfants le temps de les maîtriser correctement ?

Non, les élèves d’aujourd’hui ne sont ni plus ni moins intelligents que ceux d’hier.
Non, les enseignants d’aujourd’hui ne sont pas moins attachés à la réussite de leurs élèves que ceux d’hier.
Oui, il est temps que les responsables des réformes de l’enseignement se mettent un peu à l’écoute des « gens de terrain » afin de ne pas décider sans savoir…

Tout élève bien formé par ses enseignants sait qu’il faut bien maîtriser les tenants et les aboutissants d’une proposition avant de l’exposer à sa classe, j’ose espérer (encore un peu !) que nos élus aussi !!

Joëlle Perrot, enseignante en primaire

NB : Cet article n’est rien d’autre que le fruit de ma réflexion personnelle et n’engage donc personne d’autre que moi-même !!

Publicités
Tagué ,

21 réflexions sur “ECOLE ! IL EST GRAND TEMPS D’OUVRIR LES YEUX !!

  1. edwige dit :

    Ca fait du bien de voir que certaines personnes réflechissent vraiment à la question, dommage qu’elles ne puissent pas prendre de décisions…
    en espérant que ce genre de témoignage et de raisonnement parviendra aux oreilles de nos gouverants et les amènera à réflechir !!

    • Anonyme dit :

      Merci Edwige, faire remonter ce témoignage en haut lieu est en réflexion… Une des raisons pour lesquelles j’ai souhaité le faire circuler et recueillir les remarques, suggestions des uns et des autres d’ailleurs… Afin de peaufiner ma réflexion avant d' »agir plus loin » !

    • Anonyme dit :

      Merci Edwige ! L’idée de faire remonter ce témoignage en haut lieu est en réflexion… Le faire circuler, recueillir les remarques et suggestions des uns et des autres est donc pour moi un préalable qui me permet de pousser plus loin ma réflexion, de préciser certains points de mon texte ou de nuancer mes propos si nécessaire. Bref, si ce texte reçoit un écho suffisamment fort (et cela semble en bonne voie), je n’en resterai pas là !

  2. geneghys dit :

    On appelle cela, le nivellement par la base…

  3. Anonyme dit :

    Tres interessant et meme tres pertinent (pardonnez moi de mes accents: j’ai un clavier qwerty anglais).
    Je partage les memes idees, les memes valeurs neanmoins, ne pensez vous pas que les enseignants vont raler de devoir faire plus d’heures « sur le terrain »?
    Cordialement.

    • JOELLE PERROT dit :

      Réponse à Anonyme. Plus que de lancer un débat sur le nombre d’heures de cours nécessaires en primaire, mon propos est de mettre en évidence une des incohérences de notre système éducatif : on multiplie les matières à travailler mais on diminue les heures de cours et pour autant les notions de base (lire, écrire, compter) qui ouvrent à tous les apprentissages restent les mêmes, à peu de choses près, qu’ au début du siècle et leur correcte maîtrise nécessite toujours autant de temps. Deux possibilités s’offrent donc à nous pour une meilleure cohérence, me semble-t-il : soit on augmente les heures de cours, soit on allège les programmes et on recentre le primaire sur les savoirs de base… Mais cela je ne l’ai pas abordé pas dans mon texte ; alerter sur l’incohérence du système me paraissait en effet être un objectif suffisant pour un premier article. D’autres suivront si le sujet rencontre un quelconque écho (cela semble en bonne voie) ! En tout cas merci pour votre commentaire.

  4. JOELLE PERROT dit :

    Merci Edwige ! L’idée de faire remonter ce témoignage en haut lieu est en réflexion… Le faire circuler, recueillir les remarques et suggestions des uns et des autres est donc pour moi un préalable qui me permet de pousser plus loin ma réflexion, de préciser certains points de mon texte ou de nuancer mes propos si nécessaire. Bref, si ce texte reçoit un écho suffisamment fort (et cela semble en bonne voie), je n’en resterai pas là !

  5. Fabien dit :

    C’est vrai que ce qui est dit ici est véridique, mais on peu peut être ajouter à cela quelque chose que j’ai remarqué durant mon parcours scolaire.

    En plus de réduire de plus en plus les heures de cours d’une façon général (ce qui selon moi est une bonne chose pour l’épanouissement personnel de nos enfants). Nous consacrons de plus en plus d’heures de cours à des « sciences » que je qualifierais de futile plutôt qu’à des matières essentiels, pourquoi je dit ça ?
    Parce que on se retrouve aujourd’hui avec une population qui connait sur le bout des doigts les résolutions d’équations du second degré, diverse théorèmes complexes ou la masse moléculaire de l’hydrogène mais qui ne sait ni lire ni écrire correctement ! Pourquoi apprendre à tout le monde ses sciences que seul 1% en auront l’utilité un jour au détriment du Français, de la philosophie ou de l’histoire qui sont des matières essentiels au développement d’une conscience éveillée chez l’individu ?

    Je pense avoir une approche de la réponse à cela :
    Nous politiciens cherchent à faire tourner ce système capitaliste correctement, alors de quoi on t’ils besoin ? D’une population qui sait travaillé, soumis à l’autorité mais qui ne doit surtout pas réfléchir ! Pendant qu’on assomme nos élèves à coups d’équations différentiels ils n’ont pas le « temps » de réfléchir à des questions plus existentielles qu’on pourrait leurs proposé dans un cours de philosophie.
    Et puis tout ce parcours scolaire est fait de façon à cultivé l’individualisme, il faut se battre seul, et uniquement pour soit même.
    Comment peut on bâtir une société en paix dans un monde ou on enseigne aux gens qu’on avance dans la vie seul, égoïstement ?

    L’école est une machine à crée des travailleurs dociles, qui ne pensent pas et qui obéirent.

    J’ai 21 ans, je suis étudiant en BTS désoler pour l’orthographe par contre je connais la masse moléculaire du carbone.

    • Anonyme dit :

      Encore heureux que la science est une place importante quand on voit comment elle est dénigré par certain, c’est un scandale ! Je peux te faire un témoignage directe, je sors de mon année de 1ère S et qu’est ce que j’ai eu ? 5h d’histoire par semaine, 5h de français par semaine contre 1h30 de physique et 1h30 de SVT ? En première Scientifique avoir ce genre de chose est anormal ! Si on a choisit cette voix c’est pour bouffer des maths, de la physique, de l’SVT à gogo, pas pour se retrouver avec 10h par semaine d’enseignement littéraire. Quand à la Philo, les journées en terminale S sont suffisamment chargées pour ne pas en rajouter, c’est quand même du 8h – 20h pour que le boulot soit fait correctement. Et crois moi, si tu cherches à mettre la philo AVANT la Terminale, bonne chance ! Déjà qu’en Terminale les 2/3 s’en foutent mais alors en 1ère ou en Snd …

      Et si tu ne veux pas faire de science, il te reste toujours ES et L où dans le premier le niveau scientifique est proportionnel à la taille d’un atome ( sauf en maths où c’est d’un bon niveau et encore il n’y a pas de géométrie ) et où dans le second, tu peux tout simplement abandonner les maths en 1ère.

      En d’autres termes, si on aime pas les sciences ( ou simplement qu’on ne veut pas en faire ), il y a toujours moyen de passer à côté mais après faudra pas venir pleurer parce que vous trouvez pas de boulot.

      • Marion dit :

        La matière des maths pris par Fabien n’était qu’un exemple… Son message est beaucoup plus profond que le simple nombre d’heures de math qu’il faut étudier selon le bac choisit.
        Je suis complètement d’accord avec le fait qu’on soit formaté dès l’école dans une direction que la société choisit pour nous. Il nous faut du temps libre et des méthodes d’apprentissage pour se concentrer sur des choses beaucoup plus importantes et essentielles pour notre épanouissement personnel plutôt que l’étude de la structure d’un atome, par exemple.

      • Johann dit :

        Les sciences, tout comme l’histoire, le français et la philosophie participent tout autant les unes que les autres au développement des individus. Quand on observe le travail réalisé en maternelle, on se rend compte que tout est dans tout. Chaque discipline peut en enrichir une autre. L’école primaire est juste le lieu où l’enfant est complet. La spécialisation arrive par la suite. Le vrai débat réside dans le temps laissé à chaque individu pour assimiler tous ces savoirs et les faire siens.

    • marilin dit :

      Vrai, depuis ses débuts l’éducation nationale a toujours eu des objectifs précis quand à la formation des citoyens. Il y a eu les hussards de la République qui formaient la chair à canon et puis avec la fin des guerres et l’avènement de la consommation, l’entrée dans les manuels scolaires de références au grande marque de grande distribution, des logos d’automobile, les sigles des chaines TV et j’en passe… Les enseignants ont alors formés des générations de bons petits consommateurs et aujourd’hui ??? Le coeur de l’état balance depuis un moment, former et éveiller les consciences, développer l’esprit critique de nos chérubins mais en même temps, leur redonner un esprit patriote de bons français prêt à en découdre pour défendre son pays, ses valeurs. Les habituer à vivre ensemble et en même temps en faire des bêtes de concours égo centriques, rentables et jetables, pour grosses entreprises en quête de gains toujours plus important… En gros, quelques générations de skizophrène ! D’ailleurs, vu l’attrait pour les addictions à tous produits, tous écrans, tous jeux, tous réseaux sociaux, du virtuel à 300% décrochage de la réalité recherché par 99%

  6. Michel dit :

    Je pense que la génération actuelle est beaucoup plus stimulée. On emmagasine beaucoup plus d’info, on zappe, on est capable de gérer plusieurs choses à la fois. C’était moins le cas au début du siècle. Notre cerveau, nos comportements suivent.

    • marilin dit :

      je pense aussi que les générations actuelles sont beaucoup plus stimulées et ce depuis leur plus jeune âge. Ce sont des éponges, ils absorbent nombre d’infos par l’image, le son, la vidéo, le web et tous les écrans à disposition. Pour faire de la place ils mémorisent peu ou à très court terme, c est ce que j’appelle leur capacité à « reset » = j’éfface et je repars sur autre chose. Après tout, c est ce que nous même faisons. Que voulons nous les faire travailler comme en 1900 avec papier et stylo, dictionnaire et Cie. Donnez leur une tablette, un ordi, un bureau écran tactile avec clavier intégré ou / et tout autre appareil numérique, poser leur des questions, des colles et apprenez leur à rechercher les réponses, des réponses et surtout des bonnes réponses. N’est ce pas ce que nous faisons sans arrêt nous même sur la toile. Tout cela pour dire que ce ne sont pas les élèves qui ont un problème mais bien notre système scolaire qui tarde, s’attarde et retarde dans sa pédagogie et sa façon de transmettre le savoir.. Ce n’est pas non plus cette unième réflexion en cours sur un possible changement des programmes qui va régler le problème…juste un nouveau gouffre financier pour l’état, les parents etc…

      • JOELLE PERROT dit :

        Absolument d’accord !
        Les enfants d’aujourd’hui vont bien et sont doués de capacités d’adaptation fantastiques… Dommage alors que des adultes se permettent de mettre en avant leurs soi-disants mauvais résultats en français et en maths en faisant des comparaisons pour le moins fallacieuses si ce n’est malveillantes…
        C’est ce que tentait de dénoncer mon propos du mois de Mars, car je trouve révoltant d’entendre des enfants de 10 ans se dévaloriser eux-mêmes à cause de propos tenus par des adultes sur leur mauvaise orthographe, leur inaptitude en calcul, etc…
        Je pense que si beaucoup d’élèves d’aujourd’hui sont en difficulté dans ces matières, ce n’est pas de leur responsabilité mais bien de celle des adultes incapables de se montrer cohérents dans leurs attentes, leurs exigences et les moyens qu’ils proposent pour les atteindre…
        Les acquisitions de base en orthographe et en calcul se font par imprégnation et de ce fait demandent du temps. Si on ne veut pas accorder ce temps aux enfants, qu’on arrête de leur faire croire qu’ils sont nuls sous prétexte que leurs performances ne sont pas celles dont on voudrait pouvoir se glorifier !
        Mon propos n’était certainement pas de faire des comparaisons ineptes (mais plutôt de les dénoncer !), ni de réclamer plus d’heures de cours pour les élèves d’aujourd’hui, pas plus qu’un retour en arrière ; il s’agissait juste de mettre en avant le manque de cohérence actuel entre les acquisitions attendues des élèves et le temps qui leur est accordé pour y parvenir…
        Je trouve cela profondément injuste pour eux et c’est ce qui m’avait amenée à réagir…

  7. Anonyme dit :

    oui mais en 1900 on resté combien d’année a l’école?
    Du temps de mes parent le brevet correspondait généralement a la fin de la scolarité, maintenant le BAC a pris la place du Brevet.
    un enseignement moins intensif mais plus long au final ça fait autant de choses apprises.

  8. Johann dit :

    Je m’excuse tout d’abord de ne pas avoir lu tous les commentaires avant de réagir au coup de gueule de Joëlle. Je suis adepte de l’idée du « laisser le temps »! Et selon moi, elle peut (je dirais même qu’elle devrait) s’appliquer à l’ensemble de la société. Nous devons apprendre ou réapprendre à être conscient de nous et de ce que nous faisons. Les automatismes comportementaux sont tellement présents aujourd’hui que les dérapages, les accidents, les pertes de contrôle ne m’étonne pas. Nous ne sommes plus puisque l’on nous dit qui être… plus besoin de penser… Et cela commence à l’école. Laisser le temps à nos élèves pour appréhender les savoirs que nous leur proposons afin qu’ils les assimilent, construisent leur personnalité et deviennent des adultes conscients de ce qu’ils sont. Le monde va trop vite et il accélère. Il est trop difficile de lui échapper si l’on ne nous l’enseigne pas. Nous autres adultes sommes presque tous collés au pare-brise à foncer droit dans le mur. Il est de notre devoir de permettre à nos enfants de prendre du recul pour éviter ce mur. Et prendre du recul est une capacité qui se travaille… Il est temps de se rendre compte que « laisser le temps c’est laisser le choix! »
    Johann

  9. Anonyme dit :

    Il fait tout de même tenir compte de plusieurs choses. D’une part tout au long du XXe siècle, le nombre d’heures hebdomadaires des travailleurs a également baissée, tandis que le nombre de congés a augmenté (tout comme celui des écoliers).
    Ensuite en 1900, ces 5 années d’école primaire étaient les seules pour une grande majorité de la population. Actuellement, l’école est obligatoire de 6 à 16 ans, ce qui fait minimum le double d’année d’étude. A cela s’ajoute la maternelle qui est fortement fréquentée et qui permet aux élèves d’arriver avec des acquis en CP. Juste pou prendre cet argument. A cela devrait s’ajouter le fait que la société est bien plus savante maintenant (les parents sont bien souvent eux même cultivés).
    La comparaison ne tient pas la route ! A chaque époque sa façon de faire.

    • JOELLE PERROT dit :

      Tout à fait d’accord ! Mon propos n’était sûrement pas de demander un retour en arrière..; mais simplement une mise en adéquation du temps accordé aux enfants pour faire les acquisitions que l’on attend d’eux et le niveau de difficulté de ces acquisitions à faire… A savoir que la plupart des acquisitions de base ne se font pas en un seul cours mais sont très souvent le résultat d’un long travail d’imprégnation… Encore faut-il qu’on en donne le temps aux enfants.
      C’est révoltant d’entendre des enfants de moins de 10 ans se dévaloriser eux-mêmes parce qu’ils ont entendu des réflexions d’adultes qui comparaient l’incomparable, à savoir le niveau d’orthographe d’un enfant de CM2 en 1970 et celui d’un enfant de CM2 de 2010…
      C’est révoltant et c’est pour cela que j’ai réagi… à ma façon !!

  10. Marion dit :

    Il fait tout de même tenir compte de plusieurs choses. D’une part tout au long du XXe siècle, le nombre d’heures hebdomadaires des travailleurs a également baissée, tandis que le nombre de congés a augmenté (tout comme celui des écoliers).
    Ensuite en 1900, ces 5 années d’école primaire étaient les seules pour une grande majorité de la population. Actuellement, l’école est obligatoire de 6 à 16 ans, ce qui fait minimum le double d’année d’étude. A cela s’ajoute la maternelle qui est fortement fréquentée et qui permet aux élèves d’arriver avec des acquis en CP. Juste pou prendre cet argument. A cela devrait s’ajouter le fait que la société est bien plus savante maintenant (les parents sont bien souvent eux même cultivés).
    La comparaison ne tient pas la route ! A chaque époque sa façon de faire.

  11. Anonyme dit :

    par rapport a la publication initiale (desole pour les accents, je suis actuellement aux USA … qwerty et sans accents !!!) il me semble que le propos oublie une petite donnee sociologique de base : les eleves du bon vieux temps et les notre (je suis enseignant egalement) ne sont pas du tout les memes. Ensuite, les cultures familiales et scolaire et les interractions mutuelles ont egalement beaucoup change ( on va pas dire evolue…ce serait trop positif). Sinon si on estime que les sciences de reference et la Culture donnent le continu culturel a faire approprier aux eleves, on voit aussi un elargissement des possibles. La question serait plutot quel contenu privilegier pour quel but : preparer les eleves / citoyens / consommateurs a la societe telle qu’elle est ? qu’elle sera? Leur donner les cles pour la comprendre et eventuellement la faire evoluer ? Enfin peut-on accepter en tant qu’enseignant que l’ecole n’est pas le seul lieu ou l’on peut apprendre…sinon moi je veux bien plus de temps d’enseignement, s’il est remunere correctement …je rappelle que tous les ans on rajoute des charges a la fonction … et c’est carrement scandaleux dans le primaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :