CROYEZ-VOUS EN L’EXISTENCE DE L’ÂME ?

meditations

 

Bonjour à tous. X.C, Un membre de la page a tenu à rédiger un article. L’article est ci-dessous : 

 

Je ne crois pas qu’il existe de question plus singulière que celle là. On sera tous d’accord sur le fait que nous ayons tous la conscience d’exister en tant qu’être à part. Nous disons moi, je, comme si, avouons-le, nous n’étions pas qu’une machine biologique programmée par la nature, c’est pour ça que tout naturellement on se questionne sur la mort. Parce que intuitivement, on se considère être d’une nature qui transcende la matière qui nous compose. Je pense qu’il est impossible pour nous de concevoir la non-existence, la mort d’un point de vue matérialiste si vous préférez (en opposition à la mort dans une connotation religieuse). Pour autant, ce n’est pas parce qu’une chose est inconcevable qu’elle n’existe pas. La science a prouvé que beaucoup de choses inconcevables à l’esprit humain était des réalité. Ce pourrait-il que la conscience soit une espèce d’illusion dont le fonctionnement nous dépassera éternellement, puisque c’est son fonctionnement qui nous permet de nous questionner dessus! Jusqu’ici, juger de la nature d’un objet nous soumet à des illusions que nous pouvons dissiper, mais si l’objet en question est notre propre conscience?

Moi je suis un scientifique, pourtant, j’ai tendance… disons que je suis désespérément séduit par l’idée de l’existence de l’âme, bien qu’elle s’oppose à ce que je tiens pour vrai. Une âme, c’est quoi? C’est FAIT de quoi? ça vient de quoi, et si c’est si différent de la matière, sans masse ni énergie mesurable, pourquoi s’attacherait-elle à un corps quand des gamètes fusionnent? Tout ça me semble absurde. On nous a dis une fois « Des machines biologiques, c’est ce que vous êtes. »

Comment ne pas se sentir diminué, réduit en entendant ça? Me dire que je suis une machine me semble aussi absurde que de vouloir expliquer d’où vient une âme. J’ai eu en plus la conviction que la personne d’où venait ces mots n’avait aucune connaissance des implications d’une telle affirmation, sans quoi elle aurait au moins ajouté un truc comme « C’est la triste vérité! » Mais non. Un putain de robot, quoi! Meuh non!!!! xD
Alors donc on serait tenu par un déterminisme (déterminisme sociale, culturel, génétique même, on est des robots après tout) d’acier pesant de tout son poids sur chaque putain de seconde de notre putain de… vie (je suis pas sûr que les mots vie et existences soient appropriés). A l’instant ou vous lisez tout ça, sachez que votre vie entière est déjà prévue, que si dans une heure vous décidez sur un coup de tête de partir à Rouen, c’était en réalité prévu de toute éternité, parce que les mécanismes qui régisse vos décisions ne sont que des mécanismes et des réactions à des stimuli dont vous avez « conscience » ou non. Oubliez l’amour et toute ces conneries, ce n’est qu’un artifice de la nature pour obtenir de vous ce que vous devez faire pour la conservation de l’espèce. [ET le préservatif, et l’homosexualité? Le sexe a sûrement aussi un rôle sociale, mais réfléchissez et vous comprendrez de toute façon que l’humain est loin d’être une grande réussite. La nature fait des erreur, elle tâtonne, essaye ceci ou celà, c’est comme ça que fonctionne l’évolution des espèce! Nous devrons évoluer pour survivre, soit détruire la nature et l’épuiser pour nous barrer de la terre, soit retrouver un equilibre avec la nature (mais c’est un autre débat) Nous sommes dans la nature ce qu’est un bug persistant dans un ORDINATEUR.] L’amitié, l’amour de/pour vos parents: une nouvelle illusion pour créer une cohésion sociale! C’est pourquoi finalement si vous deviez tuer toutes ces personnes qui comptent pour vous ce ne sera pas plus mal que de jeter à la benne une caisse de jouets.
Ce qui est vraiment déprimant c’est que les recherches tendent à démontrer que nous sommes des machines. On a découvert l’hormone de l’amour, on a découvert qu’à chaque hémisphère cérébrale correspond le rôle de la créativité ou de la pensée cartésienne, et que le moine méditant sur le grand tout inhibe en réalité la partie de son cerveau responsable de la dissociation de lui même avec les autres individus, lui donnant la sensation très spirituelle d’appartenir au Grand Tout. Alors ça y est? C’est la mort de l’âme?

Pourtant à y regarder de plus près j’ai pensé un truc assez dingue. Si aucun de nous n’est réellement au sens ou nous l’entendons (enfin moi pour ce que j’en sais…), alors que sommes nous si ce n’est des excroissance de cette si belle et fascinante nature, même si l’illusion de la conscience nous en sépare? Si je suis pas, et que toi qui lis, tu n’es pas non plus, nous ne sommes que ce qui nous définit matériellement, des atomes, nous ne sommes donc que l’expression de la même chose. Nous sommes un (alors si t’es belle on fait l’amour!!! lol) Je n’aurais jamais imaginé te trouver là, Grand Tout!!! Et puis quelle importance de ne pas avoir d’âme si j’en ai l’illusion (oO). Ce déterminisme d’acier n’en est pas vraiment parce que finalement, les mécanismes qui me régissent sont issus du Grand Tout eux aussi… Donc j’ai qu’à vivre ma vie et voilà.

Un peu décevante, ma conclusion, non? xD

Publicités
Tagué , , ,

12 réflexions sur “CROYEZ-VOUS EN L’EXISTENCE DE L’ÂME ?

  1. Salaçar dit :

    Des parties intéressantes mais…

  2. Johann dit :

    Je pense que je n’ai pas tout compris. Et pourtant je crois que je suis d’accord (en tout cas avec la fin de ton texte). Pas toujours simple d’être clair en écrivant sur un tel sujet. Les mots (certains en tout cas) peuvent être trompeurs.

  3. Embla dit :

    Je pense qui ne faut pas être si « pessimiste » certes nous sommes constituer d’une machine biologique et comme toute espèce cette machine va être décisive dans nos choix dans certaine situation. La construction de notre conscience va ce faire aussi à travers notre environnement (social, culturel…). Cependant une chose reste primordiale et tu oublie de la citer : la singularité en effet chaque individu et différentes même en étant construit dans le « même moule ». La conscience de nous même et du monde qui nous entoure ne peut pas être objective en ce sens on peut la considérer comme une illusions mais celle-ci est totalement normal car elle se construit à travers la perception que l’on à de ce que l’on vie. L’être biologique ne peut pas être séparer de l’être psychique il sont en interaction, nos choix vont avoir un impact sur le biologique et inversement. Certes de nombreuses découverte on était faite sur l’amour et autre mais elle n’explique pas pourquoi nous avons choisi tel ou tel partenaire. La science petit à petit arrive à expliquer ce qui ce passe d’un point de vu biologique dans certaine situation mais elle n’explique pas pourquoi cette situation et arriver si on prend l’exemple de l’amour elle explique très bien l’implication des hormones et les réseaux synaptiques qui ce mette en place lorsque qu’un individu et amoureux mais en aucun cas elle ne peut expliquer pourquoi nous somme tomber amoureux d’un individu en particulier. Et je pense que c’est la que notre conscience ou notre âmes ce situe. Contrairement au autre espèce nous ne choisissons pas un partenaire par rapport à la descendance que nous en auront pour préserver l’espèce, nos choix sont singulier et diffère entre chaque individu et c’est cette singularité dans nos choix dans notre système de penser même si celui-ci et subjectif qui me fait dire à mon humble avis que la conscience ou l’âme n’est pas une simple construction biologique.
    Ps: Désolé pour les fautes d’orthographes atroces que j’ai du faire.

    • L'auteur de l'article. dit :

      Tout d’abord merci pour ce commentaire, parce que par le plus grand des hasard, j’avais perdu cet article, et je voulais absolument le retrouver! Ton commentaire a provoqué l’envoi d’un mail de notification qui m’a permis de pouvoir le relire. Alors merci xD

      J’ignore quelle expérience tu as de l’amour, mais moi… j’ai eu le sentiment que dans certaines situations on peut s’illusionner sur une personne et tomber amoureux, non de la personne, mais de l’image qu’on nourrit d’elle. Mais ta remarque est très juste, elle pose le doigt sur le Choix. On pourrait penser qu’on a choisi telle ou telle personne indépendamment de toute forme d’influence extérieur. Peut-être que je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui m’ait autant fait décoller du sol pour avoir une telle certitude. Je me range assez du point de vue de la psychologie. Nos goût sont grandement responsables de l’expérience qu’on y associe. Il n’y aurait rien de vraiment mystérieux en sachant ça que l’Elu de notre coeur ne serait qu’une personne ayant la chance de correspondre à une figure nous ayant marqué sur un plan affectif… Un-e institeur-trice, un-e ami-e, ou comme le postulait Freud, la mère ou le père. En tout cas, je t’avoue qu’en ce qui me concerne, j’ignore qui oriente mes goût amoureux, et c’est certainement pas mes parents! Mais tu dis une chose fausse: « nos choix sont singulier et diffère entre chaque individu  » Non! Il arrive que plusieurs personnes soient amoureux de la même personne… mais rassures toi j’ai compris où tu veux en venir. Même si nos goûts sont par avance déterminés, c’est un peu rapide de dire qu’ils sont l’origine de nos choix, qu’ils sont seulement capable d’influencer.

      Mais si je voulais retrouver cet article, c’est parce que je suis sur le point de finir de lire un petit livre sur le Bouddhisme Zen, et que je me suis rendu compte qu’au bout de mon raisonnement dans cette article, j’ai effleuré un aspect de la pensée Zen.

      J’ai lu que la nature de l’esprit était au delà de la notion d’existence. Que notre pensée faite de mots et de « forme » ne peut pas percevoir ce concept, tout comme l’oeil ne peut se voir lui même. Et avec ça le « principe » de dualité (Le Zen rejette toute forme de doctrine ou principes d’où les  » c’est pourquoi il y a très peu d’écrits dessus, si ce n’est des courts poèmes comme celui là: « Celui qui ne sait pas parle, celui qui sait ne parle pas. ») qui stipule que (la dualité) nous nous dissocions de nous même par l’image qu’on a de nous, notre égo. Le bouddhisme Zen ne théorise pas sur la nature de l’âme, même si ils peuvent intimement croire en la réincarnation car les mots encombrent l’esprit et nous empêchent d’atteindre Bodhi, l’Illumination, qui n’est rien d’autre que la simple conscience des choses telles qu’elles sont. Mais pour en revenir à nos moutons, le principe de dualité ça m’a renvoyé à ce que je dis tout à la fin:

      « Ce déterminisme d’acier n’en est pas vraiment UN parce que finalement, les mécanismes qui me régissent sont issus du Grand Tout eux aussi… Donc j’ai qu’à vivre ma vie et voilà. »

      Je me suis très mal exprimé!!!! xD
      Je dis qu’en fait le besoin d’identification à une âme immatérielle devient totalement inutile quand on choisit de s’identifier à ce « déterminisme » (bizarre comme idée, mais aucun mot n’est plus proche de mon idée) ou mieux: quand on renonce tout simplement à s’identifier, en nous libérant de notre égo. On comprend alors que s’identifier à quelque chose, c’est croire être coupé des autres, du reste. Nous sommes les réactions chimiques de notre cerveau, nous sommes les atomes qui nous composent. Mais tu sais quoi? Toute la matière qui nous compose se renouvelle sans cesse. Nous sommes donc ce cycle, cette chose indéfinissable, si indéfinissable qu’on ne saurait même pas la dissocier de l’Univers tout entier (savais-tu que chaque atome qui nous compose est né dans des étoiles qui à la fin de leurs vie ont explosé en expulsant toute leurs matière dans l’Univers?). J’ai le sentiment que la dualité cache l’Unicité, le fameux Grand Tout dont j’ai parlé… tu vois ce que je veux dire? ça doit avoir l’air fou ce que je dis lol!

    • johann dit :

      Les relations d’amour s’expliquent très bien au niveau sociologique. Mais pour cela il faut réaliser que l’amour entre un homme et un femme n’est qu’une illusion. L’amour existe entre tous les individus à la base. Le véritable amour est tout autour de nous. Mais l’Homme a adopté un fonctionnement sociétal qui le conduit à choisir certaines personnes plutôt que d’autres. Il se crée un besoin d’amour exclusif. Mais l’Homme n’est pas exclusif puisqu’il est un être social. Nous sommes fait pour vivre en groupes. L’exclusion dont souffre une partie du monde, dont la France (j’entends la séparation du peuple en plusieurs communautés qui ont peu de rapports entre elles, voire qui rejettent les autres) est due à la force des traditions, à l’éducation assez fermée dont nous bénéficions dès la naissance. Je ne sais pas si c’est très clair. Mais je veux dire par là que le mixage culturel, qui serait un grand pas en avant, ne pourra avoir lieu que lorsque nous aurons dépassé nos cultures personnelles pour aller vers les autres en éprouvant cet amour dont je parlais au début. Et donc finalement, nous ne sommes pas différents les uns des autres (les personnalités ne sont que des illusions que l’on peut faire et défaire à volonté). Voilà ce que je pense.

  4. Hrothrax dit :

    La question de l’existence de l’âme est une affaire de foi et non de réflexion: soit tu crois (suite à la lecture du Coran, à l’exposition de la vie de prophètes…) soit tu ne crois pas.

    Ce sera ton postulat de base pour voir le monde: l’existence de l’âme est tout à fait compatible avec la science, mais biaise le débat dans un certain sens. et comme il est impossible « scientifiquement » (car la théologie est aussi une science) de démontrer l’existence ou l’inexistence de l’âme, il est impossible d’infirmer ou de confirmer ton postulat de départ.

    Dans ce cas, tu peux tout expliquer sans t’embarrasser de l’âme.

    • L'auteur de l'article. dit :

      Je suis pas tellement d’accord avec l’idée que la croyance en l’âme (ou Dieu en passant par là) soit compatible avec la pensée scientifique. Car dans cette pensée il n’y pas de place pour le non-mesurable, ce qu’est l’âme jusqu’à preuve du contraire. Au reste, si l’existence de l’âme peut être sujet à débat parce que même si l’aboutissement de la réflexion ne nous donne pas de réponse, poussée à ses extrême elle aide à comprendre des choses. Ce que j’ai compris personnellement, c’est l’inutilité et l’illusion du besoin d’identification à quelque chose d’intangible et immatériel, et que l’esprit « ne peut se saisir lui même » un peu comme un oeil ne peut se voir lui même. On ne peut donc pas comprendre la nature de l’âme. C’est un point de vue qui dépasse à la fois la conception spiritualiste et matérialiste.

    • Johann dit :

      Contrairement à ce que tu dis, il est possible de démontrer l’inexistence de l’âme à travers l’explication des mécanismes de la pensée. Si toutefois nous souhaitons être honnête envers nous-même. Si nous nous posons les bonnes questions et si nous y répondons sincèrement. Ainsi, par la négation et l’éviction de ce que l’âme ne peut pas être on prouve sa non-existence (en étant bien d’accord sur le fait que l’âme telle qu’on en parle ici serait individuelle).
      Mais je crois que ce qui est important dans ce que tu dis c’est l’idée de postulat. Un postulat c’est une sorte de réponse imaginée à une question que l’on ne voulait pas laisser sans réponse pour aller plus loin. Seulement, si la base est erronée, l’ensemble de la construction qui suivra le sera aussi.
      Je ne saurai trop vous guider vers la lecture des livres de KRISHNAMURTI.

      Pour finir, je tiens à vous dire que vous savez au fond de vous ce qui est et ce qui n’est pas. Ne laissez pas d’autres que vous-même chercher les réponses aux questions que vous vous poser. Mais soyez humble, sincère et aimant envers ce que vous êtes pour le comprendre entièrement.

  5. johann dit :

    Et l’âme qu’est-ce que ce serait alors? Un spectre presque invisible qui pourrait sortir de toi (en méditant, en mourant) ? Cela ne ferait donc pas partie de notre être? Ou dois-je plutôt penser que notre être serait divisé en deux partie distinctes qui discuteraient entre-elles? Et l’âme deviendrait quoi lorsqu’elle quitte sont enveloppe corporelle? Elle va en chercher une autre dans un être qui n’en aurait pas?
    Ne peut-on pas plutôt se laisser penser qu’en ce monde il n’y a qu’une seule et même chose qui nous anime tous (tant les êtres « vivants » que les « non-vivants » scientifiquement parlant)? Les éléments qui constitue ta table de salon ne sont-ils pas les même que ceux qui te constituent? Pourquoi alors, aurions-nous droit à une âme et pas cette table en bois pourtant si jolie et dont l’utilité n’est plus à prouver (j’en rajoute un peu lol)?
    Personnellement (et oui ça reste personnel pour le moment) je crois que tout est là et qu’il n’y a rien à aller chercher plus loin. La chance que nous avons par rapport à la table ou au chien des voisins, c’est que nous avons la possibilité de prendre conscience de tout cela et de nous regarder être, de nous sentir être.

    • L'auteur de l'article dit :

      Je crois que tu as tout dis…, mais je n’aurais pas été d’accord avant d’écrire cet article et d’y réfléchir avec vous!

      Merci à vous tous d’avoir prit part à cette réflexion!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :