Une lettre D’ABRAHAM Lincoln au professeur de son fils


La lettre d’Abraham Lincoln (Président Américain ayant aboli l’esclavage ) au professeur de son fils :

Il aura à apprendre, je sais, que les hommes ne sont pas tous justes, ne sont pas tous sincères. Mais enseignez-lui aussi que pour chaque canaille il y a un héros; que pour chaque politicien égoïste, il y a un dirigeant dévoué…
Enseignez-lui que pour chaque ennemi il y a un ami,

Cela prendra du temps, je le sais, mais enseignez lui si vous pouvez, qu’un dollar gagné a bien plus de valeur qu’un 5 dollars trouvés

Apprenez lui à savoir prendre mais également à apprécier une victoire.
Éloignez le de l’envie, si vous pouvez, enseignez lui le secret d’un rire apaisé. Qu’il apprenne de bonne heure que les despotes sont les plus faciles à flatter…Enseignez-lui, si vous pouvez, les merveilles des livres…
Mais laissez-lui un peu de temps libre pour considérer le mystère éternel des oiseaux dans le ciel, des abeilles au soleil, et des fleurs au flanc d’un coteau vert.

À l’école, enseignez-lui qu’il est bien plus honorable d’échouer que de tricher…
Apprenez-lui à avoir foi en ses propres idées, même si tout le monde lui dit qu’elles sont erronées…
Apprenez lui à être doux avec les doux, et dur avec les durs.

Essayez de donner à mon fils la force de ne pas suivre la foule quand tout le monde se laisse entraîner…
Apprenez-lui à écouter tous les hommes… mais apprenez-lui aussi à filtrer tout ce qu’il entend à travers l’écran de la vérité, et à n’en retenir que ce qui est bon.

Apprenez-lui si vous pouvez, à rire quand il est triste…
Apprenez-lui qu’il n’est aucune honte à pleurer,
Apprenez-lui à se moquer des cyniques et à prendre garde devant une douceur excessive…
Apprenez-lui à vendre ses muscles et son cerveau au plus haut prix, mais à ne jamais fixer un prix à son coeur et à son âme.

Apprenez-lui à fermer les oreilles devant la foule qui hurle et à se tenir ferme et combattre s’il pense avoir raison.
Traitez-le doucement, mais ne le dorlotez pas, parce que seule l’épreuve du feu forme un bon acier.

Qu’il ait le courage d’être impatient et la patience d’être courageux.
Apprenez-lui toujours à avoir une immense confiance en lui même, parce que dès lors, il aura une immense confiance envers l’Humanité.
C’est une grande exigence, mais voyez ce que vous pouvez faire…Il est un si bon garçon, mon fils

 

VENEZ SUIVRE NOS DEBATS ET INFOS INTERACTIFS SUR NOTRE PAGE  ==> https://www.facebook.com/pages/Reflexions-dun-jeune-citoyen-/173218132715061?ref=hl

Publicités
Tagué ,

Vous avez dit  » Noir  » ?


Un bel article …Je ne peux que vous l recommander .

Lettre d’un internaute à …….


Il est bien astucieux quand on prétend se battre contre la misère d’aller s’installer là où elle fait partie du paysage. De ces siècles de souffrance marqués par ces montagnes de résidus de charbons, et par des sourires rangés dans les placards de ces maisons identiques, toutes alignées les unes à côté des autres sans rien pour les différencier. Tous plongés dans la même détresse, dans le même combat quotidien, cette précarité à sens unique qui se lit sur chaque visage. Tous ou presque, car ce combat, madame Le Pen, n’est pas le votre. Le bassin minier, ce n’est pas Neuilly-Sur-Seine. Vous vous êtes abreuvé de culture et de connaissances à la Fac de droit de Paris II quand ils se sont abreuvés de 8-6 et de chants patois . Ils n’ont pas vraiment connu le droit, eux, mais plutôt le devoir de se lever tôt chaque matin pour rentrer tard le soir, la gueule noire et les tympans sifflants, abîmés par les bruits monstres des coups de grisous.

La vérité ? Vous êtes pareil à ceux que vous maudissez. Au même titre que vous prétendez que les marchés financiers ont la mainmise sur l’économie mondiale, vous avez la mainmise sur ces pauvres gens, dépourvus d’opinion, saignés jusqu’au profond d’eux mêmes, devant lesquels vous vous présentez comme une solution miracle alors que vous n’êtes qu’une promesse de plus à ces personnes qui, depuis les conditions de travail que Zola nous décrit si bien dans  » Germinal « , ont vu passés beaucoup de sauveurs auto-proclamés, sans jamais rien obtenir.
Vous qui vous plaignez tant que l’on fasse du tort au Front National en le comparant à un certain parti national-socialiste, pourquoi alors user du même stratège électoraliste ?

Paternalisme politique ? Je dirais dictature morale. Patriotisme sur développé ? Je dirais haine héréditairement acquise. Bien que le bulletin  » Le Pen  » que l’on glisse dans l’urne soit majoritairement contestataire, je vous rejoins sur un point. La situation de la France est bien triste.. Au pays des lumières subsiste encore l’ombre de votre père. A tel point que je trouve ça répugnant que l’on puisse oublier l’Histoire, et la quantité de sang versé pour combattre la haine à son apogée européenne, pour combattre la liberté et cette fraternité qui vous est chère mais dont vous ne vous gênez pas pour imposer une limite qui s’arrête à la barrière d’une couleur de peau. Honte à notre pays d’applaudir de tels discours. Honte à notre pays d’avoir pu faire confiance à votre personne, ce qui n’est pas mon cas car je suis indifférent à tous ceux que vous pouvez clamer et je n’y céderai point. Je garde mes distances et je n’oublie  que ce n’est point par le son de la flûte qu’est charmé le serpent, mais par le mouvement du flûtiste.

Tagué , , , , , , , , , ,

Pour l’abolition de la peine de mort dans tous les pays !


Que de passions et de débats pour la peine de mort ! La peine de mort a été abolie dans bon nombre de pays occidentaux depuis des décennies mais son ombre, plus ou moins menaçante au gré de faits divers (tragiques) plane toujours nous…  En effet, les meurtres n’ont point cessé, et à la violence et tragédie de certains crimes s’accompagnent souvent le désir de vengeance des proches de la victime soutenus par la société. Certains politiques, en mal de popularité, et certaines figures merdiatiques en quête de buzz, essaient de surfer dans cette océan qu’est la souffrance humaine et prient pour que les bas-instincts des hommes tels les vagues reviennent toujours plus fortes. Et, si au milieu de la vindicte populaire perçoit-on des voix dissidentes, des voix prônant plutôt la réflexion, un système carcéral plus stricte et une possible réinsertion, alors ces gens sont vus tels des êtres insensibles à la peine des victimes,  se souciant beaucoup plus du sort des criminels.

Il n’est pas rare d’entendre ce genre de propos: « Quoi ?!!! La vie d’un meurtrier est donc supérieure à celle d’une victime ? » ou « Mais comment peux tu être hostile à la peine de mort , les meurtriers ne s’abstiennent pas de tuer, eux … »

Ce sujet est capital, car se jouent plusieurs visions de la société. Je ne vais pas essayer de caricaturer ceux qui sont pour la Peine de mort; chacun étant libre d’avoir son point de vue mais je vais juste essayer de vous expliquer en quoi je suis opposé à cette barbarie.

Je suis opposé à la peine de mort, non seulement pour des raisons de principes mais aussi d’efficacité. Loin de moi l’envie de donner de leçons, en effet,  je n’ai jamais connu la souffrance éprouvée par les proches de victimes. je ne sais même pas si je serais capable de supporter cette douleur si un de mes proches devait être violé et tué, je pense d’ailleurs que je voudrais certainement me venger. Je n’aurais qu’à l’esprit de tuer cet individu qui n’a montré aucune pitié. Mais pour autant je n’aurais point raison,  je renierais mes idées ou convictions, et  la haute idée que je me fais de la justice (qui n’est point parfaite) dans un État de droit. Je vais peut-être vous choquer mais je considère la peine de mort, comme « la négation absolue des droits humains, un meurtre commis par l’État, avec préméditation et de sang-froid » , comme un « assassinat légal . On tue  précisément un assassin parce que ce qu’il ne faut pas tuer. D’ailleurs j’observe une contradiction intéressante; l’Etat interdit de tuer mais ne s’empêche pas lui-même de mettre à mort  autrui …Cette mise à mort n’est pas faite pour des raisons de défense nationale (invasion imminente d’un pays ) mais pour des rasons liées à la vengeance.

Et quand bien même la peine de mort serait efficace(ce qui est totalement faux), que penser des victimes d’erreurs judiciaires dont les vies ont été gaspillées inutilement ? On ne peut revenir dans le passé. La justice est avant tout une construction humaine, de ce fait elle n’est point infaillible et parfaite. C’est bien beau que la justice « humaine »  reconnaisse dix ans plus tard qu’une erreur a été commise, ce n’est point cela qui fera revenir l’innocent, le sacrifié qui a été condamné dans la honte, sous les injures et quolibets, perdant parfois  leurs familles respectives et amis … l’innocent lui-même aura subi une triple peine : Une peine d’emprisonnement, la peine capitale et la peine la plus ignoble et tragique qui soit étant donné que l’innocent, cette victime impuissante,  se savait innocent. Quelle souffrance de se savoir impuissant à prouver son innocence …Pleurer, crier de toutes ses forces et de toute son âme, mais rien n’y change ; La justice des hommes veut que vous payez de votre sang impie et impur le meurtre d’une petite fille ou d’un petit garçon. Je n’ose essayer de me mettre à la place de ces gens, de ces victimes « d’horreurs » judiciaires …

Cela a du être assurément le pire des supplices et je prie le Bon Dieu de ne jamais être dans pareille situation car cela peut arriver à tous. Oui même à vous, chers lecteurs (et lectrices) car l’Homme est un loup pour l’homme. Votre voisin, celui qui rit avec vous en vous saluant quotidiennement,  jaloux de votre vie , de votre insouciance, peut œuvrer en vue d’un sombre dessein dans le but de vous plonger dans les abîmes, dans ce puits sans fond qu’est le désespoir humain.

On me dira qu’il y a eu peu d’erreurs judiciaires et que c’est tout ce qui compte. Cet argument peut être contesté de deux manières: Tout d’abord qui nous dit qu’il n’y  en a pas eu  plus, et qu’il n’y aura pas d’erreurs dans le futur ?En effet , la science évolue et c’est grâce à cette science qu’on a connu certains crimes ; Ensuite  une vie humaine, une seule, est et restera sacré à jamais. Je ne peux donner  la vie et même si je le pouvais, une vie reste unique .

D’ailleurs, même si je reprouve ce sentiment de toutes mes forces, Je trouve  que la peine de mort est une peine plutôt rapide pour celui qui veut se venger. A travers la peine de mort, si on se met dans le psyché de celui ou celle qui veut se venger, celle-ci n’est elle pas une peine qui fait en sorte que le condamné soit soulagé de tous ces tracas  terrestres ?Souffrira t-il longtemps ? L’être humain, tel un oiseau, n’est pas fait pour rester dans une cage  et la prison, quoiqu’on en pense, reste une cage. Je pense à ce titre que la prison est bien plus efficace pour punir autrui.

Il n’y a pas de peine de mort «humaine». Quelle que soit la méthode employée, l’exécution ne poursuit qu’un seul but, supprimer une vie. La peine de mort prive une personne de la possibilité d’expier un forfait, de réparer, de se repentir et de s’amender.

Concernant l’efficacité , je pense que la peine capitale n’empêche aucun délit. Les études scientifiques n’apportent aucune preuve que la peine de mort ait réellement l’effet dissuasif qu’on lui attribue. Au Canada par exemple, le nombre d’assassinats a diminué depuis l’abolition de la peine de mort. Aux États-Unis, en revanche, il est plus élevé dans les États qui pratiquent l’exécution capitale que dans ceux qui y ont renoncé. Pour empêcher efficacement les délits, il est nécessaire d’avoir un taux élevé d’élucidation des crimes et un système judiciaire travaillant de manière équitable, rapide et conséquente. j’avais lu dans je ne sais plus quelle revue, que certaines populations (dans certains pays) se faisaient justice elle-même (au vu de la corruption de leurs appareils judiciaires et policiers), Néanmoins les faits divers n’ont point cessé.

[Au fond de chaque homme civilisé se tapit un petit homme de l’âge de pierre, prêt au vol et au viol, et qui réclame à grands cris un œil pour un œil. Mais il vaudrait mieux que ce ne fût pas ce petit personnage habillé de peaux de bêtes qui inspirât la loi de notre pays.]
Albert Camus, Réflexions sur la peine capitale

[Ceux qui croient à la valeur dissuasive de la peine de mort méconnaissent la vérité humaine. La passion criminelle n’est pas plus arrêtée par la peur de la mort que d’autres passions ne le sont, celles-là, sont nobles.] Robert Badinter – Extrait d’un discours à l’assemblée nationale, le 17 septembre 1981

[Dans les pays de liberté l’abolition est presque partout la règle ; dans les pays où règne la dictature, la peine de mort est partout pratiquée. Ce partage du monde ne résulte pas d’une simple coïncidence, mais exprime une corrélation. La vraie signification politique de la peine de mort, est bien qu’elle procède de l’idée que l’État a le droit de disposer du citoyen jusqu’à lui retirer la vie. C’est pas là que la peine de mort s’inscrit dans les systèmes totalitaires : […] Douze personnes, dans une démocratie, qui ont le droit de dire : celui-là doit vivre, celui-là doit mourir ! Je dis : cette conception de la justice ne peut-être celle des pays de liberté, précisément pour ce qu’elle comporte de signification totalitaire.] Robert Badinter

[Notre justice à nous, comme notre destin, est tâtonnement, trouble, erreur, nuage, doute ; martyr, je m’applaudis ; juge, je me redoute ; l’infaillible, est ce moi, dis ? Est-ce toi ? Réponds.]

Victor Hugo : Les quatre vents de l’esprit – L’échafaud -1870

Bref, c’était juste l’opinion d’un Bisounours. 

Tagué , , , , , , , , , , ,

Pardon d’avoir un si horrible défaut …


D’aussi loin que je rappelle, il me semble toujours avoir porté cet horrible défaut que d’aucuns pourraient appeler de la naïveté ou de l’idéalisme à deux balles. C’est un horrible défaut, j’en conviens, mais je n’y peux rien. La providence a voulu que je naisse ainsi et comme vous le savez, ses desseins sont au dessus de mon entendement humain.

Le fait que des gens meurent de froid pendant que des stades de foot sont chauffés me révulse. Le fait que des gens souffrent de faim, bouches ouvertes et langues pendantes, à coté de palais dorées, à coté de greniers remplis et débordants me révulse.

Le fait que des gens souffrent de racisme, d’exclusion sociale dans une période où l’Homme domine la terre, le ciel et les mers, où l’Homme  marché sur la lune, où l’Homme a atteint des capacités techniques tel qu’il pourrait détruire de multiples planètes, c’est juste désolant. Les richesses très très très inéquitablement partagées, le droit qui favorise parfois les puissants et qui  n’est pas sans rappeler la fable de la fontaine , bref autant d’éléments…

Bien évidemment, de me voiler la face je n’en ai nul besoin. De ces tragédies quotidiennes, je ne peux m’en absoudre encore une fois. J’ai des responsabilités en tant que consommateur, citoyen, ami, etc…

MAIS parce que je suis co-responsable de ce qui est, et parce que je respecte ceux qui m’ont précédé, et que je me dois de faire tout ce qui m’est possible de faire à mon modeste niveau pour les générations futures, je ne peux me taire. Parce que conscient le suis-je de l’immense dette que nous avons envers ceux qui arriveront, ceux qui n’y seront pour rien concernant l’état de la planète mais qui en tant que futurs habitants s’estimeront floués, et à raison,  Je ne peux m’arrêter de dire ce que je pense, de clamer haut et fort certains principes élémentaires et tout en appelant de mes vœux un changement.

Certains ne me croiront sans doute pas, mais j’ai vraiment fait tout ce qui était en mon pouvoir pour supprimer ce défaut, ce coté « Bisounours » de ma personne. Pour comprendre ce Monde, ces maux, il ne me fallait pas seulement occuper le ministère de la parole, lancer des incantations incessantes et que d’aucuns pourraient qualifier de puériles, mais essayer de comprendre notre Monde. Aussi, me suis-je intéressé (il est aussi vrai grâce à mes parents) et m’intéresse toujours à des ouvrages concernant l’économie, les relations internationales, le socialisme, le conservatisme, la religion, l’histoire humaine,  la littérature etc… je me disais qu’en lisant tous ces ouvrages, je deviendrais un peu plus réaliste; et qu’étant au fait de certaines données, serais-je conduit à changer radicalement ma façon de penser et d’appréhender ce bas-monde. je me suis trompé, et lourdement ! De ces quelques lectures, fort modestes au demeurant, de mes quelques médiations au gré de mon temps libre,  de mes échanges avec d’autres amis, n’a été confirmée que ce dont j’en avais déjà l’intuition.

Faites de bonnes actions, et les conséquences dues à ces actions seront bonnes. Faites en de mauvaises, et vous en aurez de mauvaises. Pour autant, je n’ignore pas que la vie n’est pas si simple. il n’y a pas d’un coté les ténèbres, et de l’autre la lumière. Parfois il y a du gris.  Si le fort pense qu’il l’emportera toujours, alors il se trompe car, car un jour, pris d’un courage sorti du plus profond de leurs âmes, les faibles s’uniront. Et que le fort prenne garde, car lorsqu’il s’agit de revanche, il n’est pas aisé de « raisonner » ou de « tempérer » la fureur accumulée au fil des années, des décennies,etc. Et tant d’autres petites leçons apprises…

L’Histoire, les faits présents n’ont rien enlevé, rien soustrait de ma croyance en l’Homme. Je suis idéaliste parce que il ne peut juste en être autrement.Quand je fouille au plus profond de moi-même pour obtenir quelques réponses, il m’arrive de découvrir des pensées positives mais aussi négatives. Des regrets m’arrive t-il en avoir, comme tout le monde je suppose. De regretter certains actes passés. Mais parce que je sais que je ne suis aucunement parfait et que conscient de cela, j’essaie d’améliorer ma personne, parce que je sais que j’ai déjà eu à fauter, et parce que je sais que vous, autrui, c’ est un autre MOI, il s’ensuit que mon espérance en l’Homme n’en est que plus forte.

Le réalisme, à savoir l’observation des faits présents, des rapports de forces actuels, des institutions, des mentalités etc… ne me quitte pas, loin s’en faut. Je sais bien que tout ne peut être parfait à l’instant t, que tout ne pourra être changé radicalement, croyez-le bien, mais l’idéal à atteindre est toujours là, quelque part dans ma petite tête. 

Et d’ailleurs, quand je vois sur cette page des gens qui s’interrogent, des gens qui se battent contre la fatalité, des gens pour qui il n’est point d’horizon indépassable, qui s’investissent dans le bénévolat, l’économie sociale et solidaire, dans la politique, l’aide à autrui, les pétitions, etc… Quand j’observe tout ce beau monde se bouger, ce bouillonnement d’idées, ces amitiés militantes, associatives et que sais-je encore qui se créent, et ce malgré les difficultés quotidiennes, administratives, financières, affectives et Dieu seul sait qu’il y en a, alors je me mets à espérer. Alors m’apparaît-il une évidence, toute simple et frappée au coin du bon sens :  La moindre chose que je puisse faire pour être utile à ces gens, c’est de continuer d’agir à mon niveau et de croire en ces milliers d’anonymes, en ces hommes et femmes, en ces jeunes (ou moins jeunes), en vous…

J’entends déjà d’ici les arguments selon lesquels il faudrait être réaliste, cynique, défendre les intérêts de la nation, la grandeur d’un pays etc. Mais je pose la question à ces gens: Qu’est ce qui compte le plus ?  Plus que l’amour en une entité juridique dotée de personnalité morale, ne faudrait-il pas accorder plus de regard aux habitants de ladite entité ?Qu’est ce qui importe ? Que vous soyez les premiers dans tels domaines ou le fait que la population soit bien-portante ?

Sachez en outre  que la préservation de nos soi-disant intérêts se feront parfois aux dépens d’autre peuples, d’autres personnes et que cela entraînera des conséquences tragiques  bien plus tard. Ai-je besoin de rappeler la rancœur de certaines populations après la  traite négrière et la colonisation ? la rancœur qu’entretiennent certains gens en Guadeloupe contre les békés ? ce sentiment de revanche en Chine, ou en Russie attisée par certaines humiliations ? Les conséquences du fameux traité de Versailles ? Les conséquences de l’acquisition de l’Alsace-lorraine après la guerre France-Prusse?

Je ne détiens pas la lumière. Et après tout, Qui suis je ? Un simple anonyme, un sans-grade, un simple internaute. Seulement je vous donnerai un conseil. Quand vous croiserez et débattrez avec des bisounours ou idéalistes, abandonner l’idée de leur faire abandonner.

Enfin je préfère, et de loin, me faire critiquer pour ma bien-pensance ou pour des idées de bien-pensance  que pour autre chose.

 

Par conséquent, je vous demande encore pardon d’avoir un si horrible défaut.

Tagué , , , , , ,

Mariage homosexuel : décadence de la France ?


Le Mariage homosexuel ou gay est l’un des sujets qui soulève le plus de polémiques.

A ce jour, dix pays ont légalisé le mariage homosexuel : les Pays-Bas (2000), la Belgique (2003), l’Espagne (2005), le Canada (2005), l’Afrique du Sud (2006), la Norvège (2008), la Suède (2009), le Portugal (2010), l’Islande (2010) et l’Argentine (2010), auxquels s’ajoutent six États des États-Unis (Massachusetts, Connecticut, Iowa, New Hampshire, Vermont, New York), ainsi que la ville de Washington, D.C.. Au Mexique, le mariage homosexuel a été légalisé par la ville de Mexico, et il est également autorisé par l’État du Quintana Roo .

Ce n’est pas parce que un pays l’a adopté que nous devrons le faire. J’en conviens et je comprends  l’hostilité de certains au Mariage gay mais je ne suis pas de ceux-là.

Je suis croyant à savoir chrétien. Les homosexuels ne peuvent se marier dans ma religion, mais je vis dans un pays se disant laïque. Cette laïcité (qui n’est en aucun cas la négation de la religion) est précisée dans notre constitution, à savoir une stricte séparation entre la Religion et L’ État.  Celle-ci peut être en outre traduit par la célèbre citation de Jésus  » Rends à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu », c’est-à-dire une distinction entre le temporel et le spirituel, entre le royaume des cieux et celui des hommes. La  France étant un pays laïque tel que défini par la constitution, la religion ne doit point s’y mêler. Les homosexuels étant des sujets de droit comme les hétéros, je ne vois pas pourquoi on les empêcherait de se marier à la mairie où est célébrée une « union civile ». Le mariage à l’église, c’est autre chose car cela relève de la Foi Or l’Église, la  Mosquée ou la synagogue n’ont rien à voir dans cet « union civile ». J’entends déjà d’ici, certains me dire que le terme sémantique « mariage » désigne l’union entre une femme et un homme. Moi j’ajouterais que cela dépends. Les dictionnaires francophones proposent une variété de définitions du mariage, qui peuvent exclure ou inclure le mariage de personnes de même sexe. Par exemple, le Trésor de la langue française (TLF), publié de 1971 à 1994, indique que le mariage est l’« union d’un homme et d’une femme consacrée par un ensemble d’actes civils ou parfois religieux ». À l’inverse, Le Petit Robert, dans son édition de 2011, désigne le mariage comme l’« union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi », et mentionne dans ses exemples le « mariage entre homosexuels ».

Certains me diront que les homosexuels ne le réclament pas, qu’ils ne souhaitent pas subir les « difficultés » du mariage et que le Pacs convient parfaitement aux gays. Ce qui est sans doute amusant pour deux raisons:

La première raison étant celle-ci : Ainsi donc, tant que la personne subissant des injustices ne réclame justice, nous ne devons rien faire. Quid des enfants maltraités (Certains ne réclament pas justice et vivent dans la peur) ? Quid des enfants qui travaillent dans certains pays dans des conditions dignes de l’esclavage ? Je caricature bien évidemment mais c’est aussi pour illustrer les limites de certains raisonnements.

La seconde raison concerne  l’égalité entre le Pacs et le mariage. Ce qui pose problème est l’égalité (devant la loi entre des sujets de droits majeurs et vaccinés) concernant le mariage civil hétérosexuel et l’union civile (pacs) gay. Le mariage civil a beaucoup plus d’avantages que le Pacs qui peut d’ailleurs se rompre très facilement. Laissons donc aux gays et aux hétéros le choix de s’unir civilement ou non.

J’entends aussi déjà d’ici des gens (peut-être des homophobes …) qui me diront que si on accepte le mariage homosexuel, on acceptera la pédophilie, et tout cela mènera à une société décadente. Ce à quoi je rétorquerai, Outre le fait que cet argument soit abject et profondément grotesque, que la pédophilie  concerne des rapports entre des adultes et des enfants. Bien que ceux-ci (les enfants) soient des sujets de Droit, ils ne sont responsables juridiquement que jusqu’à leur majorité. D’autres clameront, non sans raison, que le mariage est fait pour procréer, mais là encore ils se tromperont. Car si tel est le cas, il faudrait annuler les mariages de ceux qui se sont mariés et qui ne peuvent avoir d’enfants et/ou qui ne souhaitent pas avoir d’enfants. Si Pierre et Chantal souhaitent adopter un enfant, alors que Chantal a la capacité de concevoir, il faudrait aussi annuler leur union civile. Et tant d’autres exemples peuvent être trouvés…

Quant à la décadence, L’homosexualité existait déjà depuis l’antiquité.

Une petite anecdote pour illustrer ce propos :  On relève également que plusieurs sociétés antiques, comme la Grèce et le Japon, ont encouragé la création de liens homosexuels dans certains corps d’armée entre des combattants expérimentés et leur disciple. L’on pensait alors que deux hommes amoureux se battraient avec plus de détermination et avec une plus grande morale. Le Bataillon sacré de Thèbes constitue un exemple classique de force militaire bâtie sur cette croyance.

On trouve dans l’Antiquité des discussions sur les relations entre animaux de même sexe, ce qui laisse penser que le concept d’homosexualité était connu des Anciens.

le jeune citoyen


Ps: J’ai eu à recevoir un message très amical (ironie ) d’un membre de notre page me disant que j’étais un faux chrétien, que je brulerai aux enfers à la fin des temps, le message insistant sur le fait de savoir comment pouvais-je cautionner cette abomination qu’est la sodomie, l’union homosexuelle. Tout d’abord, je pars d’un principe simple:  Je ne suis pas gay mais qui suis-je pour porter atteinte à autrui du fait de son orientation sexuelle ? De plus, si on devait appliquer tout ce qui était dit dans l’ancien testament, on lapiderait toujours les femmes adultères. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il existe ce qu’on appelle le nouveau testament soit-dit en passant.

Sinon pour ce qui est de la sodomie dans la bible, j’ai juste envie de rire ==> « Le terme de sodomie vient du nom de la ville de Sodome qui, selon la Bible, fut détruite par Dieu après que ses habitants eurent tenté de violer des anges de Dieu réfugiés chez Loth, le neveu d’Abraham.(cf. l’épisode de Sodome et Gomorrhe). Dans cet épisode, il n’est pas explicitement fait mention de la sodomie telle qu’on la définit actuellement : les autres références au péché de Sodome dans la bible évoquent plutôt le manque au devoir d’hospitalité très important dans le Proche-Orient ancien (Ez. 16,49 ; Jr. 23,14 ; Sir. 16,8 ; Lc 10,10-12). L’interprétation en termes de sodomie ou d’homosexualité commencerait à apparaître avec les apocalyptiques juives tardives et chez les juifs hellénisés au début du IIe siècle. Origène (185-253) et Saint Ambroise de Milan (340-397), pourtant grands ennemis du péché de chair, évoquent le manquement à l’hospitalité. Sans doute en référence aux alliances interdites entre les fils de Dieu et les filles d’humains qui provoquent la colère de Dieu en Gen. 6,1-4, les commentaires juifs attribuaient des relations interdites entre les femmes de Sodome et les anges. Ainsi, jusqu’au XVIIe siècle, le terme sodomie recouvrait un ensemble de relations sexuelles réprouvées, pas seulement anales ou homosexuelles1. Dans certains contextes, notamment les classifications légales de certains États fédérés des États-Unis d’Amérique, le terme anglais sodomy inclut d’autres pratiques sexuelles jugées déviantes par certains, notamment le cunnilingus et la fellation (contact entre la bouche et le sexe). En allemand (Sodomie) le terme ne fait aucunement référence à la pénétration anale mais désigne la zoophilie. »  ==> Ainsi, ce qui était plus condamné à Sodome, ce n’était nullement un pêché de chair ou un aspect sexuel mais plutôt le manque d’hospitalité envers les étrangers. D’ailleurs cela devrait faire réfléchir certains.

Du reste, pour en finir et concernant la bible,  j’avais particulièrement apprécié cet extrait :

« Par exemple, je souhaiterais vendre ma fille comme servante, tel que c’est indiqué dans le livre de l’Exode, chapitre 21, verset 7. A votre avis, quel serait le meilleur prix ?

Le Lévitique aussi, chapitre 25, verset 44, enseigne que je peux posséder des esclaves, hommes ou femmes, à condition qu’ils soient achetés dans des nations voisines. Un ami affirme que ceci est applicable aux mexicains, mais pas aux canadiens. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas posséder des esclaves canadiens ?

J’ai un voisin qui tient à travailler le samedi. L’Exode, chapitre 35, verset 2, dit clairement qu’il doit être condamné à mort. Je suis obligé de le tuer moi-même ? Pourriez-vous me soulager de cette question gênante d’une quelconque manière ?

Autre chose : le Lévitique, chapitre 21, verset 18, dit qu’on ne peut pas s’approcher de l’autel de Dieu si on a des problèmes de vue. J’ai besoin de lunettes pour lire. Mon acuité visuelle doit-elle être de 100% ? Serait-il possible de revoir cette exigence à la baisse ?

Un de mes amis pense que même si c’est abominable de manger des fruits de mer (Lévitique 11:10), l’homosexualité est encore plus abominable. Je ne suis pas d’accord. Pouvez-vous régler notre différend ?

La plupart de mes amis de sexe masculin se font couper les cheveux, y compris autour des tempes, alors que c’est expressément interdit par Le Lévitique (19:27). Comment doivent-ils mourir ?

 

Tagué , , , , , , , , ,

Top 7 des meilleures citations de Karl Marx toujours d’actualité


karl marx

 

Aujourd’hui, tout le monde se rend bien compte que la société dans laquelle on vit est une société à plusieurs vitesses où un très petit nombre vit de l’exploitation du très grand nombre. Et je ne vous parle même pas des questions d’ordre écologique, parce que dans ce domaine, c’est littéralement la cata !

Bref, nous sommes donc  à peu près  tous conscients qu’il faudra réformer – voire même changer complètement – le logiciel économique dominant pour changer les choses.

MAIS bizarrement, dès que l’un d’entre nous va s’aventurer à invoquer Karl Marx dans une discussion, ne serait-ce que pour montrer un des travers du capitalisme, il va tout de suite être montré du doigt ou ridiculisé ( du genre   » Quoi ? Comment ?! le communisme soviétique et ses 1 million de milliards et de milliards de morts ne t’ont pas suffi ?! »)

Tout cela est fort dommage car Karl Marx a eu  une pensée  très vivante qui reste encore très actuelle. On l’oublie souvent, mais Karl Marx a davantage écrit sur le capitalisme que sur le communisme.

D’ailleurs certains des concepts utilisés par Karl Marx restent encore utiles pour comprendre les crises et le monde dans lequel on vit.

C’est ce que nous allons essayer de vous montrer avec les quelques citations suivantes :

 

 

1 MARX A PROPOS DU CHÔMAGE

« Le chômage massif constitue l’armée industrielle de réserve. Plus son nombre est élevé, mieux ce sera pour le capitaliste qui pourra ainsi affirmer au prolétaire au cas où ce dernier refuserait de travailler, qu’il peut embaucher une personne à moindre coût moyennant le même travail – étant donné que l’armée industrielle de réserve est importante. »

– —- On l’a tous connu. On a tous un jour accepté, pour financer nos études, ou de manière plus triviale pour manger tout simplement, de travailler dans un boulot merdique, avec des conditions de travail merdiques, le tout avec un salaire merdique.

Au moment de la signature du contrat, on a tous forcément pensé à envoyer chier l’employeur qui nous proposait un tel boulot.

MAIS on s’est  aussi tous retenu à ce moment-là.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on savait que si on n’acceptait pas le boulot – ainsi que les conditions de travail qui allaient avec – il y aurait de toutes les façons toujours quelqu’un de disponible pour prendre notre place et travailler à moindre frais. 

chômagee

 

 

2.MARX A PROPOS DE  L’IDÉOLOGIE DOMINANTE

 » Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes « 

———Très franchement, qui peut seulement donner tort à Karl Marx là-dessus ? Il suffit juste de s’intéresser à  qui possède les grands médias privés aujourd’hui, à qui possède les agences de pub, à l’idéologie consumériste délivrée par les spots publicitaires à longueur de journée et là, la vérité saute tout simplement aux yeux.

Et puis si même Pierre Gattaz en personne, en vient lui-même à avouer dans un grand journal que  » LE MEDEF a gagné la bataille des idées », est-il encore vraiment  besoin de prouver quoi que ce soit ? 

milliardaires

 

3. A PROPOS DE LA RELIGION

“La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans coeur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. La religion est l’opium du peuple. » 

————-  Alors, la religion comme consolation, la religion comme réponse à la souffrance des démuni.e.s en leur promettant une vie (illusoire ?) après la mort faite de bonheurs, citation simpliste ou pas?

Pas si sûr les ami.e.s ! En 2015, il y a une étude scientifique américaine qui a été publié  par le Pew Research Center et qui mettait notamment en évidence une forte corrélation existant entre la « richesse » ( PIB par tête) et l’incroyance  en matière religieuse : En gros, plus les pays étaient riches, et moins ils étaient religieux.

Ainsi le Senegal, et le Pakistan, pays très pauvres, affichaient dans l’étude pratiquement 100% de croyants pratiquants là où la France, et le Royaume-Uni, pays riches, comptaient moins de 20% de personnes accordant à la religion un rôle important dans leurs vies. Alors, d’après vous, un propos toujours d’actualité ou pas ? 

pew research center

 

4. MARX A PROPOS DE L’ENDETTEMENT ET DU DÉFICIT

 » Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de 4 ou 5 ans, nouvel emprunt. Or chaque nouvel emprunt fournissait à l’aristocratie un nouveau moyen de rançonner l’Etat qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables  » 

—- Je pense que ce propos se passe de commentaire, tellement il est d’actualité. L’Histoire, un éternel recommencement comme le disait déjà l’historien antique Thucydide ? 

austeritéé

 

 

 

5. MARX ECOLO ?

« Le capital épuise deux choses : Le travailleur et la nature  » 

Aujourd’hui, de plus en plus de savants mettent en évidence le lien entre la catastrophe écologique et le capitalisme libéral. Tout récemment, il y a même Nicolas Hulot ( qui est pourtant loin d’être anticapitaliste) qui a eu à dire, en plein direct, que l’écologie n’était pas compatible avec le système économique actuel. 

Alors, certes, Marx n’a pas beaucoup écrit sur l’écologie, mais il a tout de même eu de très bonnes intuitions sur cette problématique. Ce qui n’est pas rien pour quelqu’un de son époque. Vous ne trouvez pas ? 

L’image ci-dessous est une parodie 🙂 

parodie

 

6- MARX A PROPOS DE LA CONCENTRATION DE RICHESSES DANS LES MAINS DE QUELQUES-UNS

 » Vous êtes saisis d’horreur parce que nous voulons abolir la propriété privée. Mais, dans votre société, la propriété privée est abolie pour les neuf dixièmes de ses membres. C’est précisément parce qu’elle n’existe pas pour ces neuf dixièmes qu’elle existe pour vous. Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une forme de propriété qui ne peut se constituer qu’à la condition de priver l’immense majorité de la société de toute propriété.

En un mot, vous nous accusez de vouloir abolir votre propriété à vous. » 

Sans aller aussi loin que le préconisait Marx, voici juste quelques chiffres à retenir 

Aujourd’hui, 8 personnes possèdent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.
Les 10 % les plus riches du monde détiennent 86 % de la richesse mondiale alors que la moitié de la population mondiale ne dispose que de 0,5 % de cette richesse !
En réalité, près de la moitié des habitants de la planète ne possèdent tout simplement quasiment rien, ou des biens de valeur monétaire presque nulle : un habitat de fortune, quelques têtes de bétail, …
En France, 10% de la population détient 46% du patrimoine ( soit près de la moitié ) tandis que l’autre moitié (50%) de la population détient moins de 7%. 

challengee

 

7- MARX, féministe ?

 » Dans la famille, l’Homme est le bourgeois; la femme joue le rôle du prolétariat. » 

— Bien évidemment, il ne s’agit pas de dire ici que des progrès n’ont pas été réalisés. Mais bien des choses restent encore à faire… Qui plus est, ce qui est assez étonnant, c’est que le propos de Marx détonne par rapport aux opinions des hommes ( et des femmes ! ) de ces temps-là… C’est un propos précurseur en matière de critique du patriarcat.

femmes burqa

 

Pour conclure, je dirais que – oui – Karl Marx n’était pas parfait. Sa vision linéaire et téléologique de l’Histoire était plus que discutable, et sans doute a t-il commis nombre d’erreurs d’analyse. Toutefois, qu’on le veuille ou non,  il reste encore aujourd’hui l’un des penseurs nous ayant offert l’une des grilles d’analyse les plus percutantes  pour comprendre le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Et parce que nous subissons actuellement une certaine idéologie qui nous est assénée jour après jour au travers des JT, de la pub, de certains grands éditorialistes – une idéologie qui nous dit en gros que les pauvres et les travailleurs coûtent chers, que si le chômeur ne trouve pas d’emploi, c’est de sa faute (cf Macron) – eh bien, je pense que s’ouvrir à d’autres champs de pensées, cela ne peut que nous faire un grand bien.

Et puis, il vaut mieux avoir plusieurs angles de vue pour appréhender  au mieux la complexité du réel. Vous ne trouvez pas ?

 

 

 

Claire

 

 

Tagué , , , ,

Peut-on être objectif, impartial et neutre en politique ? [vidéo]


macron ni droite ni gauche

Peut-on être objectif, impartial et neutre politiquement parlant ?

Prôner la disparition des idéologies, n’est-ce pas œuvrer contre la démocratie ?

Et si au fond, on était tous des idéologues sans le savoir ?

Claire, de la chaîne youtube  » Les Choses au Claire  » nous livre quelques éléments de réponse.

 

Tagué , , ,

Ma réponse à Olivier Truchot et au Figaro


 

 

 

olivier truchot

 

Quelques précisions avant de lire l’article :

Suite à une émission de radio d’Olivier Truchot (journaliste-animateur RMC BFM TV) où la discussion portait sur le fait que la France était  championne d’Europe en matière d’impôts ( source : Le Figaro), il a été dit beaucoup de choses. Personnellement, j’ai estimé que ce qui avait été dit lors de cette émission n’était pas de nature à éclairer le public, mais plutôt de nature à alimenter des pensées démagogiques, une espèce de poujadisme anti-impôt présent dans ce pays et qui ne dit pas son nom … C’est donc en réponse à cette émission, et à  l’article du Figaro que l’article – que vous vous apprêtez à lire – a été rédigé. Voilà tout. A présent, ces petites précisions ayant été faites, vous pouvez vous lancer. Bonne lecture.

————————————————————————————————————————————-


 

 

Chaque année, généralement vers la même période, vous avez des journaux – genre le Figaro – qui pondent des articles avec des titres choc du genre :  » La France, championne d’Europe de l’impôt « . Et à chaque fois, c’est le même manège. Il y des émissions de radio dessus, des internautes qui pestent en sortant des formules du genre :  » on paie trop d’impôts en France ! Les charges sociales sont trop élevées blablabla! Y en a marre de payer pour les assistés « 

Bon, tout le monde – même celui qui bénéficie des minima sociaux – paie l’impôt ( TVA, redevances en tout genre, etc). Mais passons.

Le problème avec ce genre de raisonnement, c’est que tout cela laisse à penser qu’en réduisant les impôts publics, le contribuable économisera des sous. Sauf que non, cela ne se passe malheureusement pas comme ça. 
Imaginons donc un instant qu’on réduise massivement les impôts du jour au lendemain. Que se passera t-il ? Ce que le contribuable aura économisé en matière d’impôts publics, de charges sociales en moins, il le paiera de toutes les façons en matière d’impôts privés ( payer les mutuelles privées au plus haut prix, payer au plus haut prix les inscriptions à la fac, à l’école, payer cash lorsque vous êtes admis aux urgences pour un souci de santé, etc.)

Il suffit juste d’observer ce qui se passe aux US avec des étudiants endettés jusqu’au cou, des gens qui s’endettent pour payer la mutuelle etc. Et je ne vous parle même pas du sort des gens dans nombre d’Etats africains où le taux d’imposition est pourtant très bas.

Donc plutôt que de payer des impôts privés qui iront en définitive dans les poches de quelques actionnaires et multimilliardaires ayant déjà des thunes à ne plus savoir qu’en faire, il me semble davantage préférable de payer des impôts publics. Car en payant des impôts publics, vous avez au moins l’assurance que votre argent sert et concourt au bien commun ( infrastructures, salaires des policiers, des militaires, du personnel de santé, des enseignant.es, transition énergétique, investissements, recherche, etc.), et par voie de conséquence, à l’intérêt général. 

Ayant dit tout cela,et si malgré tout mon argumentaire ne paraît toujours pas convaincant aux contempteurs habituels de l’impôt, vous pouvez toujours vous rendre dans certains pays du sud où le taux d’imposition est très bas. Cependant bon courage quand il s’agira de percevoir votre retraite, de soigner vos enfants, ou de leur donner une éducation de qualité…

N.B : Que la charge de l’impôt soit plus forte pour les classes moyennes, je n’en disconviens pas. Mais le problème, ce n’est pas le fait qu’il y ait trop d’impôts. C’est plutôt le fait que certains, ultra fortunés, traficotent pour payer le moins possible alors qu’ils ont largement profité des infrastructures du pays, de l’éducation, de la poste etc. En gros,  c’est davantage l’inégale répartition des impôts qui pose problème que le fait d’en payer trop. Au passage, si on récupérait juste ce qui est volé à l’Etat français chaque année en matière d’évasion fiscale, m’est avis que bien des problèmes seraient réglés et qu’il n’y aurait plus matière à « grogner » fiscalement parlant.

Fait amusant : Les journalistes fortunés qui se plaignent qu’on paie beaucoup trop d’impôts en France m’ont toujours fait sourire, surtout quand on sait que ces derniers jouissent de privilèges en matière fiscale. 

Tagué , ,

Trois réformes qu’il faut faire pour éviter que le populisme ne l’emporte en France…


macron1er

 

*** Petite précision avant d’entamer l’article. Par populisme, j’entends ici uniquement son versant négatif à savoir : la démagogie, le fait de flatter certains instincts etc. Je ne fais aucunement référence au populisme russe, latino-américain ou au populisme tel qu’il a été explicité et analysé par Chantal Mouffe.

Ceci étant donc dit, et afin d’éviter tout malentendu au niveau de ce terme, je peux à présent commencer mon petit exposé.

 

*********

Comme vous le savez tous, la France souffre aujourd’hui de bien de problèmes : de type écologiqueinégalités sociales, pauvreté, terrorisme, chômage, etc.

A tous ces problématiques qui plombent déjà fortement notre quotidien, et que vous connaissez aussi bien que moi, s‘ajoute une autre problématique majeure qui se fait de plus en ressentir par la population jour après jour : C’est le fait que même s’il est pourtant dit dans les textes que la France est un régime démocratique, force est de constater que dans les faits, les citoyens pèsent très peu – voire pas du tout –  dans l’élaboration de la loi. 

Pis encore. C’est même comme si tout était fait, et ce de manière volontaire, pour tenir la population à distance des affaires de la cité, comme si en définitive, la délibération ne devait être que l’apanage d’une oligarchie, d’une petite élite d’oligarques sachant mieux que personne ce qui est bon pour le peuple.

PROBLÈME : une telle mise à distance de la population est contraire à l’idéal démocratique, et ne peut, d’une part, qu’amplifier le sentiment d’impuissance des citoyens , et d’autre part, inciter les gens à ne plus se sentir concerné par le sort de la cité. A quoi bon voter ou s’intéresser à la politique si nos représentants ne tiennent point compte de nos avis sur telle loi, ou si l’UE – voire le marché, les agences de notation, et dont les dirigeants ne sont point élus – obligent nos gouvernants à prendre des mesures qui n’ont pas été préalablement soumises à l’approbation populaire ?

Vous le voyez donc, tout ceci forme un cocktail assez explosif de frustrations, de dépits, d’impuissance et de colères latentes, et c’est ce qui explique –  en partie – le fait que les gens votent de moins en moins, ou que lorsqu’ils en viennent à voter, ils optent pour des choix plus « populistes » ( soit pour changer le mal à la racine, soit pour dire tout simplement « merde » au système)

De mon point de vue donc, et pour changer cet état de fait qui peut – si on n’y prends garde –  causer de gros désagréments à l’avenir, il faudrait que nos gouvernants s’attellent d’urgence à réaliser les trois réformes que voici ( Vous me direz ce que vous en pensez dans les commentaires)

PREMIÈREMENT, je pense qu’il  faudrait que nos gouvernants en finissent une bonne fois pour toute avec cette histoire de parrainages d’élus ( instruments d’un autre temps, et surtout filtre au services des partis « installés ») et qu’ils modifient le type de scrutin en place. En France, et tout le monde peut le constater tous les jours, il y a un réel défaut de représentativité au niveau de la représentation nationale. Sinon comment expliquer qu’un individu ayant fait à peine 11% des inscrits (ou peut-être 15) soit à ce point majoritaire au parlement ? Et je ne parle même pas de la sur-représentations au parlement des classes sociales les plus aisées.

ENSUITE, je pense qu’ils faudrait donner aux citoyens la possibilité de contrôler leurs élus. Parce qu’à mon sens, il ne peut y avoir de réel souveraineté populaire que s’il y a un contrôle effectif de la population sur leurs représentants, que dis-je, sur leurs commissaires ou obligés.  Et tout cela passe, selon moi, par la possibilité donnée aux citoyens de révoquer leurs élus (sous certaines conditions bien entendu). Élire son représentant tous les cinq ans ne suffit pas à montrer que le peuple est véritablement souverain. Le philosophe Jean-Jacques Rousseau l’avait très bien compris, et il disait déjà au XVIIIe siècle dans son ouvrage majeur qu’est le contrat social :  » Le peuple anglais pense être libreil se trompe fort : il ne l’est que durant l’élection ds membres du parlement ; sitôt qu’ils sont élusil est esclaveil n’est rienDans les courts moments de sa libertél’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde. »

D’ailleurs, et puisqu’on y est, pourquoi ne pas également  instaurer le référendum d’initiative populaire, instaurer le fait que des pétitions ayant recueilli un certain nombre de signatures fassent l’objet – en priorité – d’une discussion au parlement ? bref… autant de mesures visant selon moi à faire entrer la population dans la danse, cette dernière étant tout de même la principale concernée dans le jeu démocratique.

 

ENFIN, et si nos gouvernants trouvent que les deux mesures cités plus haut sont trop révolutionnaires, qu’ils mettent au moins en place un régime avec des contre-pouvoirs forts. Parce qu’en ce moment, la France est un Etat quasi-monarchique où il y a très peu de contre-pouvoirs.

En France, dès lors qu’un président a la majorité au parlement, il est tout puissant. Il est même, d’une certaine manière plus puissant que l’étaient les anciens rois de France dits de droit divin ( qui étaient limités dans les faits par des parlements, des chartes etc. – C’est par exemple parce que Louis XVI s’avéra impuissant à imposer une réforme de la fiscalité aux grands du royaume qu’il en vint à convoquer les Etats généraux avec les conséquences que vous savez… ).

Même aux Etats-unis où le système est pourtant présidentiel, le président américain n’est pas aussi puissant que le PR français. Aux US, le congrès est puissant ( certains représentants démocrates ou républicains ne vont pas toujours suivre les logiques du parti), la cour suprême est très puissante (ses décisions ont même parfois force de loi, et pis encore, le président américain est un dirigeant d’un Etat fédéral ( Ce qui veut dire que le PR américain ne peut pas intervenir n’importe comment, et sur tous les sujets. Puisque chaque Etat fédéré a sa constitution propre, son gouvernement et son parlement.) Et je ne parle même pas de la puissance de la presse américaine.

De telle sorte qu’aux US, on a davantage l’impression d’avoir en face de nous un réel un équilibre des pouvoirs contrairement à la France où la Justice manque cruellement  de moyens et est sous la coupe dans certains domaines du pouvoir en place, où les membres du conseil constitutionnel sont nommés par le président de la république et les présidents dans deux chambres, et où les grands médias français donnent plus souvent l’impression d’être des chargés de comm de l’Elysée plutôt que des véritables organes d’investigation.

 

***

 

Dans tous les cas, ET POUR CONCLURE, il me semble urgent de réformer de manière radicale nos institutions, car au vu des frustrations, des colères et du sentiment d’impuissance présents dans la population, on est là en face d’une véritable bombe à retardement. Et ce n’est pas la réformette institutionnelle prévue par Macron qui va changer quoi que ce soit, d’autant plus que cette dernière ne fait – à mon sens – qu’amplifier le caractère monarchique et autoritaire du président dans le régime de la Ve république, et que par ailleurs, elle esquive ou ne veut volontairement pas répondre à la la véritable question qui se pose, à savoir :  A qui doit normalement revenir le dernier mot dans un régime démocratique ? 

 

 

Tagué ,

Kylian Mbappe est-il un vrai français?


kyliannn

 

COMME VOUS LE SAVEZ TOUS, à l’occasion de la dernière coupe du monde remportée par la France, tout un tas de personnes se sont permises d’émettre des jugements sur les origines de l’équipe de France. Du genre  » Hé regarde, La France, c’est la sixième équipe africaine  » ou  » Hé tu sais, en réalité, ce n’est pas la France qui a gagné, c’est en réalité l’Afrique« .

Alors, outre le fait que de tels jugements ne sont point émis lorsque l’équipe de rugby (composée majoritairement de blancs) de l’Afrique du sud ou l’équipe américaine de basket (composée majoritairement de noirs ) gagnent, je trouve personnellement que cette histoire d’identité, que dis-je, cette obsession identitaire, commence à devenir ridicule.

Parce qu’en définitive – et ne nous voilons pas la face – c’est bien de cela qu’il s’agit. Encore en 2018, beaucoup de gens, qu’ils soient bienveillants ou non, assimilent encore – de manière inconsciente – le fait d’être d’une certaine couleur à une nationalité.

Problème :  le comble du ridicule est vite  atteint – selon moi –  lorsqu’on parle de la France.

Pourquoi ?

Eh bien, parce que la France n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais une nation ethnique, un pays s’identifiant à une seule couleur de peau, à une religion particulière etc. 

Depuis l’origine, La France est une nation métisse, ou si le terme vous choque, multi-ethnique, qui si elle doit avoir une identité, ne pourra qu’être une identité inclusive. Ne serait-ce que pour des raisons évidentes liées à sa géographie dès l’origine ( Les mélanges entre les colons grecs venus de Phocée et les Gaulois – la fameuse légende entre Protis le phocéen et Gyptis l’autochtone- les mélanges avec les Ibères, les Ligures, les Germains, les Romains etc.) 


Et puis…avant même que les celtes débarquent en Gaule, il y avait déjà d’autres peuples parmi lesquels ceux-là même qui ont érigé les mégalithes qu’on admire dans la BD d’Astérix et Obélix. Vous pensez vraiment qu’ils ont disparu d’un coup, d’un seul à l’arrivée des Celtes?

Et je ne vous parle même pas de l’apport des Francs (des germains ) qui se sont unis, mariés et reproduits plus tard avec les élites gallo-romaines.

Les incursions des Arabes, des Vikings ( qui s’installeront d’ailleurs, d’où la Normandie), les croisades, l’esclavage avec tout ce que cela implique d’unions, de gosses nés – malheureusement – de viols lors d’invasions, guerres et incursions… Sans oublier la période de la traite atlantique ( qui a déplacé des millions de gens, avec son lot d’enfants nés de l’union entre maîtres esclavagistes blancs, et femmes noires), la colonisation, les réfugiés espagnols, les Portugais, les Italiens, les boat people, les Vietnamiens, les Rwandais, Ivoiriens, les mariages mixtes aujourd’hui et les nombreux gosses issus de ces unions et que sais-je encore…

Tout cela pour dire que la France a toujours été et sera toujours, qu’on le veuille ou non, multiethnique.

Et ce n’est pas être un traître, un collabo ou je ne sais quoi, que de dire cette vérité élémentaire connue d’ailleurs depuis longtemps par les archéologues, les historiens et les généticiens. 


Et puis, très franchement, cette obsession de l’identité commence à devenir malsaine. A titre personnel, ma compagne n’a pas la même couleur de peau que moi, ni ma fille qui est métisse. Mais j’aime ces deux êtres non pas pour leur couleur de peau, mais parce d’une part elles font partie intégrante de ma vie, et que d’autre part ce sont les êtres les plus cool du mondes.
Elles sont formidables, drôles, belles etc.

La couleur de peau n’est au final qu’UN ÉLÉMENT, PARMI TANT D’AUTRES, ( notre sensibilité politique, notre origine et classe sociale, nos goûts vestimentaires, alimentaires, culturels, etc.) qui nous définit auprès d’autrui. Qui plus est, celle identité n’est pas statique, elle évolue avec le temps.

C’est fou qu’on ait encore à dire ce genre de chose en 2018 ! 2018 les gens, avec une humanité qui se projette de plus en plus dans l’espace et qui rêve d’être une civilisation interstellaire.

Alors pour répondre à la question (celle du titre), qui n’en est d’ailleurs pas vraiment une tant la réponse est évidente, je dirais que Kylian Mbappe est aussi français que l’étaient De Gaulle, Jean Jaurès, ou Jean-Paul Sartre. Il est né en France, a grandi en France, bouffe français, a fréquenté dans les écoles françaises, a des amis français, a porté haut les couleurs du pays  etc. Le fait qu’il ait des origines bantous (Cameroun)  est certes une réalité biologique, mais ce n’est en aucun cas son identité entière. Kylian et tous les autres, joueurs ou simple citoyens lambda dans le même cas, sont et restent à mes yeux des Français. Point barre.

Le Général de Gaulle avait, me semble-t-il, des origines irlandaises. On n’est jamais venu lui demander de présenter un certificat quelconque de francité.

 

Tagué , ,

Petit point sur la « Réforme de l’orthographe »


« À trop vouloir sauver la langue d’une prétendue corruption, on risque de la tuer en l’embaumant »
L.Bentz

lalanguedanslapoche

View original post

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :